DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Le harcèlement est partout"

Vous lisez:

"Le harcèlement est partout"

"Le harcèlement est partout"
Taille du texte Aa Aa

Elle est une star du cinéma international, mais aussi une militante. Avec sa décision de dénoncer les abus sexuels subis par Harvey Weinstein, elle a contribué au mouvement mondial #metoo. À l'occasion de la journée internationale des femmes, Asia Argento s'est rendue au Parlement européen pour partager son expérience.

Elena Cavallone, Euronews : Asia Argento, vous avez été l'une des premières actrices de Hollywood à dénoncer les abus sexuels subis dans le passé par le célèbre producteur Harvey Weinstein. Mais vos révélations à la presse internationale ont suscité de nombreuses réactions et parfois des critiques violentes. On vous a accusée d'avoir été silencieuse pendant toutes ces années parce que vous craigniez de ruiner votre carrière. Comment vous sentez-vous après tout cela ?

Asia Argento, actrice : Cela m'a beaucoup troublée, mais en même temps cela m'a renforcée. Quand vous êtes victime d'une injustice vous avez le choix entre vous effondrer ou vous relever avec plus de force tel un phénix. Je voudrais préciser que ces accusations venaient toutes d'Italie, alors qu'aux États-Unis, lorsque nous évoquions ce qui nous était arrivé, nous étions prises au sérieux.

Elena Cavallone, Euronews : Regrettez-vous d'en avoir parlé ? Le referiez-vous si vous aviez le choix ?

Asia Argento, Actrice : J'ai été beaucoup attaquée pour avoir dit la vérité, mais au final les femmes sont davantage écoutées et cela valait la peine.

Elena Cavallone, Euronews : Vous êtes une actrice célèbre, une réalisatrice reconnue, qu'en est il pour celles qui ne le sont pas?

Asia Argento, actrice : Vous voulez dire que je ne suis pas une femme comme une autre ? Pensez-vous que je ne risquais pas de perdre mon emploi ? Pensez-vous qu'il s'agisse uniquement de l'industrie du divertissement ? Le harcèlement a lieu partout. Cette révolution ne touche seulement le show business. Le harcèlement peu avoir lieu partout, même ici au Parlement européen. C'est une révolution qui touche tout le monde.

Elena Cavallone, Euronews : Où une femme peut-elle trouver le courage de dénoncer les abus dont elle est victime de ses supérieurs ?

Asia Argento, actrice : J'ai trouvé le courage grâce à l'aide d'autres femmes. C'est tout le sens de #MeToo. C'est seulement grâce à l'empathie et à l'identification qu'on peu se rebeller, qu'on peut trouver le courage de dénoncer les monstres qui dévorent notre humanité.

Elena Cavallone, Euronews : De nombreuses actrices ont reporté les abus dont elles ont eu à souffrir de Weinstein, des enquêtes sont en cours. Les avocats du producteur expliquent qu'en cas de procès, ils défendront l'idée qu'avoir des relations sexuelles pour accélérer sa carrière ne peut être considéré comme un viol. Que répondez-vous à cela ?

Asia Argento, actrice : Les avocats de ce monstre défendent des horreurs et lui dément les faits dont il est accusé. Une centaine de femmes racontent avoir subi la même chose, du même monstre. On ne peut pas parler de promotion canapé. Non, elles ont été violentées. En ce qui me concerne, je n'ai rien reçu après avoir été violée, et ce monstre n'a en rien aidé ma carrière. Je n'ai plus jamais travaillé pour lui.

Elena Cavallone, Euronews : Vous avez exprimé votre gène vis-à-vis de Berlusconi et de la mentalité misogyne qu'il personnifie. Les Italiens ont souvent été indulgents avec l'ancien Premier ministre et ses scandales sexuels. Pensez-vous avoir réussi à changer l'opinion publique vis-à-vis de Berlusconi ?

Asia Argento, actrice : Berlusconi symbolise à quel point le patriarcat est toléré par tous en Italie, et comme il est considéré comme presque drôle et rigolo ailleurs dans le monde. À mon sens ce n'est ni l'un ni l'autre. Berlusconi est responsable d'un grand désordre en Italie où nous avons intégré cette misogynie. Nous avons normalisé le harcèlement et les femmes sont amenées à penser qu'elles en sont responsables.