PUBLICITÉ

Patras, le "Calais" grec

Patras, le "Calais" grec
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Cette ville grecque est la porte d'entrée vers l'Europe de l'ouest pour de nombreux migrants.

PUBLICITÉ

Les habitants l'ont surnommé le Calais de Grèce. Au port de Patras, tous les jours des dizaines de jeunes hommes tentent de passer clandestinement vers l’Italie, située à seulement quelques heures de navigation.

"Les migrants à Patras n'attendent pas de réponse à leur demande d'asile, il préfèrent risquer leur vie et se cacher dans un camion à bord d'un ferry pour aller en Italie", explique l'envoyé spécial d'Euronews,  Apostolos Staikos.

Ils seraient environ 400, en majorité issus du Pakistan et d’Afghanistan, à squatter une usine abandonnée en face du port, toujours à l’affût de l'occasion qui les fera passer de l'autre coté.

"Tous les jours on revient ici. On revient encore et encore, c'est notre but. On ne peut rien faire d'autre, c'est la seule chose que l'on peut faire", raconte Delawaw, 19 ans, originaire d'Afghanistan.

Comme à Calais, ces hommes prennent des risques démentiels pour passer clandestinement. Ils se cachent dans les plus petits espaces laissés libres à bord des camions.

Pour éviter qu'ils ne passent en Italie, la police vérifie chaque véhicule avec des chiens et des rayons x, mais rien ne les ferait reculer. Pour les chauffeurs poids-lourd la situation devient alarmante, d'autant que leur responsabilité juridique peut être engagée. John attend devant son camion avant d'embarquer. "Le problème n'est pas de vouloir les aider. Si on ne les voit pas, car ils sont très intelligents et très rapide, vous les aidez à passer la frontière et c'est illégal".

En 2017, près de 2600 personnes ont été arrêtées à bord de camions. Face à l'ampleur du problème, les autorités portuaires semblent désarmées. Dimitris Kiriakopoulos est responsable du port de Patras. "C'est comme le jeu du chat et de la souris. Ils essaient de rentrer dans le port et nous essayons de les repousser. Si nous sommes moins nombreux qu'eux, il ne faut pas pour autant utiliser la violence".

Depuis l'accord signé entre l'Union européenne et la Turquie, il y a près de deux ans, le nombre d'entrées de migrants en Grèce a chuté. En 2017, ils seraient environ 30 000 a être rentrés contre 172 000 en 2015.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Patras, le "Calais grec" évacué par la police

Les conservateurs modérés grecs en passe de remporter les élections européennes

Dune 2 ? Blade Runner 2049 ? ou Mars ? Athènes se réveille sous le ciel orange