EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La Russie suggère la responsabilité d'un laboratoire britannique dans l'empoisonnement de l'ex-espion Skripal

La Russie suggère la responsabilité d'un laboratoire britannique dans l'empoisonnement de l'ex-espion Skripal
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Russie ne veut pas porter la responsabilité de l'empoisonnement de l'ex-espion Sergueï Skripal et de sa fille. Elle a suggéré qu'un laboratoire de recherche situé à proximité du lieu de l'accident pourrait en être à l'origine. Ledit labo a protesté.

PUBLICITÉ

Non coupable. La Russie continue à nier toute responsabilité dans l'empoisonnement de l'ancien espion Sergueï Skripal et de sa fille, Ioulia, le 4 mars 2018, à Salisbury (Royaume-Uni), alors que les pays européens l'en tiennent "très probablement" pour responsable. Ils l'ont réaffirmé vendredi 23  mars, à l'occasion du conseil européen qui se tenait à Bruxelles. Quatre pays, la Lituanie, l'Irlande, la République tchèque et le Danemark pourraient annoncer lundi des sanctions contre la Russie. Moins affirmatifs, le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont déclaré qu'ils envisageaient d'en faire de même.

La Russie a suggéré qu'un laboratoire de recherche situé près du lieu où se trouvaient les victimes ait pu être à l'origine de l'empoisonnement. "Le travail que nous réalisons ici fait l'objet du plus haut niveau de contrôle, a réfuté le patron du laboratoire, Gary Aitkenhead. Nous ne serions pas autorisés à opérer s'il y avait des manquements susceptibles d'entraîner des rejets à l'extérieur de ces quatre murs. Alors nous avons une confiance totale dans l'étanchéité de ce lieu."

"Il n'y a pas d'autre explication possible" qu'un empoisonnement commandité par la Russie, a affirmé le président du Conseil européen, Donald Tusk. La Russie dénonce, elle, "une nouvelle campagne antirusse lancée par Londres" et "une provocation".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La fausse annonce de la mort de Charles III

Le chef de l'armée britannique invite les citoyens à se préparer à une guerre massive avec la Russie

Boris Johnson présente ses excuses aux familles des victimes du Covid-19