EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Les rebelles évacués à mesure que l'armée syrienne reprend le contrôle de la Ghouta orientale

Des rebelles attendent d'être évacués de la Ghouta orientale
Des rebelles attendent d'être évacués de la Ghouta orientale
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sous le contrôle de la Russie, les rebelles du groupe islamiste Faylaq al-Rahmane sont évacués depuis samedi 24 mars 2018 de la Ghouta orientale. L'armée syrienne a repris le contrôle quasi total de cette région proche de la capitale, Damas.

PUBLICITÉ

Des centaines de rebelles et leurs familles quittent depuis samedi 24 mars 2018 la Ghouta orientale, bastion historique des opposants à Bachar al-Assad, repris à 90% par l'armée du régime.

Dans chaque bus se trouve un soldat russe cagoulé. Car l'évacuation de ces combattants du groupe islamiste Faylaq al-Rahmane est le fruit d'un accord conclu directement avec la Russie, alliée du pouvoir syrien. En échange de ce départ vers la province d'Idleb, la dernière échappant encore au contrôle du régime, les rebelles doivent libérer des otages et laisser sur place leur armement.

Lorsque l'opération sera terminée, ce qui devrait prendre plusieurs jours, les opposants ne seront plus présents qu'à Douma, ville tenue par un autre groupe islamiste, Jaich al-Islam, en voie, lui aussi, de négocier son évacuation. La reprise en main totale de cette zone revêt une importance majeure pour le régime en raison de sa proximité de Damas, les rebelles tirant des obus et des roquettes sur la capitale.

Par ailleurs, ces dix derniers jours, plus de 100 000 civils ont fui les combats dans cette région, vers des zones tenues par le régime.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Menaces de frappes en Syrie : Damas garde son calme

L'armée syrienne bombarde la province rebelle d'Idlib

No Comment : en Syrie, les manifestations anti-Assad se poursuivent dans le sud