EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Affaire Skripal : du poison sur la porte d'entrée

Affaire Skripal : du poison sur la porte d'entrée
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille, empoisonnés le 4 mars, ont eu le premier contact avec l'agent innervant à leur domicile en Grande-Bretagne, selon la police britannique.

PUBLICITÉ

L'enquête sur l'empoisonnement de Serguei et Ioulia Skripal se concentre désormais sur le quartier de Salisbury où vivait l'ex-agent secret russe. Les premières conclusions des experts indiquent que la plus haute concentration de l'agent neurotoxique se trouvait sur la porte d'entrée du domicile de Sergeui Skripal.

Londres accuse toujours la Russie d'être derrière cet empoisonnement. Boris Johnson a ouvertement critiqué l'attitude de Moscou et dénoncé ses "mensonges ridicules".

"D'abord ils (NDLR : les Russes) nous ont dit que le novichok n'avait jamais existé. Ensuite ils nous ont dit que si, mais qu'ils avaient détruits tous les stocks. Et enfin ils ont dit que la tentative de meurtre sur Serguei et Ioulia Skripal était une revanche sur l'empoisonnement supposé d'Ivan le Terrible par la Grande Bretagne, que nous l'avons fait pour gâcher la Coupe du Monde... le ministère des Affaires étrangères a raconté au moins 24 mensonges ridicules de ce genre", a déclaré Boris Johnson, le ministre britannique des Affaires étrangères, mercredi.

La Grande-Bretagne fera tout pour connaître la vérité. 250 spécialistes s'y attellent. 500 témoins ont été identifiés et plus de 5.000 heures de vidéosurveillance sont passées au crible.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Affaire Skripal : Lavrov charge le Royaume-Uni

Les tensions persistent entre Moscou et Londres

Moscou veut se rendre au chevet des Skripal