DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hautes-Alpes : deux militants pro-migrants arrêtés à la frontière franco-italienne

Vous lisez:

Hautes-Alpes : deux militants pro-migrants arrêtés à la frontière franco-italienne

Hautes-Alpes : deux militants pro-migrants arrêtés à la frontière franco-italienne
Taille du texte Aa Aa

Les deux hommes arrêtés, dont un ressortissant étranger, auraient participé activement aux débordements survenus au col de Montgenèvre quand une centaine de militants français et italiens ont franchi la frontière avec une trentaine de migrants.

Ils ont été placés en garde à vue pour "aide à l'entrée d'étrangers en situation irrégulière sur le territoire national et en bande organisée".

Empruntant les pistes de la station de ski de Montgenèvre, militants et migrants se sont brièvement heurtés dimanche aux forces de l'ordre avant de rejoindre Briançon par la route, encadrés par la gendarmerie.

Cette action est intervenue après que des militants de Génération identitaire (extrême droite) ont bloqué le col de l'Échelle, à six kilomètres de la frontière, considérant cet endroit comme un "point stratégique de passage des clandestins". Ils y avaient matérialisé une "frontière symbolique" avec du grillage de chantier et déployé une banderole à flanc de montagne, relayant le message en anglais "no way" (accès fermé).

- Les deux sociétés de location d'hélicoptères loués samedi par Génération Identitaire (GI) pour leur opération anti-migrants dans les Hautes-Alpes, estiment dimanche avoir été "flouées" par leurs clients sur sa finalité -

Dimanche, le ministre de l'Intérieur a renvoyé dos à dos "ultra droite" et "ultra gauche" pour leurs "actions inacceptables", quelques heures avant l'adoption du projet de loi asile-immigration à l'Assemblée au terme de sept jours de débats passionnés.

Gérard Collomb a également annoncé l'envoi de renforts pour faire respecter le contrôle des frontières dans les Hautes-Alpes. Lundi, le calme était revenu dans les rues de Briançon où circulaient quelques gendarmes mobiles, selon un correspondant de l'AFP.

Depuis un an, les Hautes-Alpes connaissent un afflux exponentiel de migrants, essentiellement d'Afrique de l'Ouest. Selon la préfecture, 315 personnes en situation irrégulière ont été refoulées vers l'Italie en 2016 et 1 900 en 2017.

Si le calme est revenu au refuge solidaire de Briançon, les tensions restent palpables. Lundi soir, pour la première fois, la police est entré dans l'établissement pour contrôler les migrants. Pour l'heure, nous ne savons pas si cette intervention a été ordonnée par la préfecture ou si elle s'est déroulée illégalement. Le quartier a été entièrement bloqué par les forces de l'ordre.

Un migrants arrivé dimanche a été interrogés par les policiers qui l'ont ensuite ramené au refuge dans la soirée. Les autres migrants ayant refusé l'interrogatoire n'ont pas été inquiétés.