PUBLICITÉ

Dégringolade de la lire turque

Dégringolade de la lire turque
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La monnaie a perdu près de 20% de sa valeur depuis le début d'année.

PUBLICITÉ

A moins d'un mois de l'élection présidentielle en Turquie, l'économie s'invite brutalement au cœur de la campagne. La lire (YTL), la monnaie nationale, est en train de s'effondrer. En janvier 2018, un dollar s'échangeait contre 3,75 lires, il vaut désormais près de 4,7 lires. soit une baisse de 20% de la devise turque.

"Il y a de plus en plus de signes que le gouvernement Erdogan resserre son emprise sur la marché turc, ainsi que sur la politique de la banque centrale, et je pense que les marchés commencent à prendre peur. L'ampleur de l'ingérence du gouvernement dans la politique de la banque centrale, est certainement l'un des facteurs qui a fait perdre du terrain à la lire", analyse l'économiste Peter Dixon.

Avec une baisse de la lire, ce sont les touristes qui se frottent les mains. Pour un euro, ils auront davantage de pouvoir d'achat en Turquie. De quoi peut-être les faire revenir dans un pays qu'ils avaient largement abandonné depuis le coup d'état manqué de juillet 2016. Côté commerçants par contre, la dégringolade actuelle est inquiétante.

"Bien sûr, nous avons perdu de l'argent, puisque nous payons nos loyers en dollars, comme nous sommes dans le commerce de l'or. L'an dernier, l'on payait 17 000 lires environ 3 506 dollars. Cette année, ce sera bientôt 25 000 lires environ 5 100 dollars Nous avons perdu beaucoup d'argent à cause de cela", explique un commerçant du grand bazar d'Istanbul.

Face à la chute de la lire, la banque centrale a remonté ces taux d'intérêt de trois points. Quant au gouvernement, il joue la carte du complot venu de l'étranger fait pour influencer les résultats de l'élection présidentielle.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux

Turquie : au moins vingt-deux migrants sont morts après le naufrage de leur embarcation