DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Droits TV : la barre du milliard franchie par la Ligue 1

Vous lisez:

Droits TV : la barre du milliard franchie par la Ligue 1

Droits TV : la barre du milliard franchie par la Ligue 1
Taille du texte Aa Aa

La Ligue de football professionnel française (LFP) en rêvait, c'est désormais une réalité. En effet, les droits TV domestiques de la période 2020-24 de la Ligue 1 ont été attribués contre un montant annuel de 1,153 milliard d'euros, a annoncé ce mardi la LFP. Le Championnat de France de football, en franchissant cette barre symbolique du milliard d'euros se hisse à la hauteur des autres grands championnats européens, exception faite de la Premier League anglaise et ses 2,3 milliards d'euros par saison.

"C'est un appel d'offres fructueux, avec une augmentation significative de nos droits TV", s'est félicitée la présidente de la LFP, Nathalie Boy de la Tour. Les droits pour la période 2016-2020 s'élevaient à 762 millions d'euros, ce qui représente une hausse de 60%. C'est le groupe espagnol Mediapro qui a raflé les principaux "lots" mis aux enchères par la Ligue. Ce nouvel acteur sur le marché français est basé à Barcelone. En Espagne, Mediapro possède deux chaînes de TV, La Sexta et Gol. Cette société a été créée en 1994 et est aujourd'hui majoritairement détenue par Hontai Capital,un fonds privé chinois, à hauteur de 53,3%. Le second actionnaire de Mediapro est WPP, un groupe publicitaire anglais qui détient 22,5%.

En revanche, et c'est une première, le diffuseur historique du Championnat de France Canal+ "n'est plus attributaire d'aucun lot" bien qu'il ait fait des offres "sur chacun des 7 lots" mis en vente, a précisé le directeur général de la LFP Didier Quillot, rappelant qu'il est "partenaire du football français depuis 1984 et le restera jusqu'en 2020".

De source proche du dossier, certains diffuseurs traditionnels envisagent des accords de sous-licences avec les détenteurs majoritaires des droits pour récupérer au moins en partie certains lots.

Dans le détail, le lot n°1, qui comprend notamment les 10 plus belles affiches de la saison et l'affiche du dimanche à 21h, et le lot n°2, qui comprend le vendredi 21h et le samedi 17h, ont été attribués à Mediapro. Le lot n°3, qui compte le samedi à 21h et le dimanche à 17h, a été attribué à BeIN Sports.

Deux lots de moindre importance n'ont pas été attribués car "le prix de réserve" fixé par la LFP n'a pas été atteint, et seront remis en vente "avant la fin de l'année 2018", a encore indiqué la LFP.

Quel impact pour le porte-monnaie ?

En France, pour les fans de sport et plus précisément de football, l'addition risque d'être salée, puisque les différents championnats européens sont ou vont être détenus par différents acteurs. Déjà, à l'heure actuelle, pour pouvoir visionner toutes les rencontres des championnats européens ainsi que celles des deux coupes d'Europe (Ligue des champions et Ligue Europa), les amateurs de ballon rond doivent déjà débourser 58,89 € par mois, soit 34,90 euros pour Canal+, plus 15 euros pour beIN Sports et 9,99 euros pour SFR Sport. L'explosion des droits de la Ligue 1 et l'arrivée d'une nouvelle société ont suscité de très nombreuses craintes sur les réseaux sociaux. Nombreux sont ceux qui estiment en effet que les tarifs risquent de s'envoler.

A l'inverse, d'autres commentaires ont pointé l'attractivité renforcée de la Ligue 1, surtout depuis l'arrivée d'un certain Brésilien dans le club de la capitale française.

Quid des droits des autres championnats dans leur pays d'origine ?

A l'issue de cet appel à candidatures, la France se classe donc en troisième position en Europe concernant le montant des droits TV domestiques, derrière l'Angleterre et l'Allemagne.

En Italie, la situation est pour le moins compliquée. En février, le groupe espagnol Médiapro, ce même groupe qui vient de faire une entrée tonitruante sur le marché français, a obtenu les droits de la Serie A de 2018 à 2021 grâce à une offre de 1,05 milliard d'euros par an. Mais son projet a été retoqué le 9 mai par un tribunal de Milan, saisi par Sky, l'un des diffuseurs actuels du football en Italie. De plus, l'assemblée des clubs de Serie A ont voté à l'unanimité le 28 mai l'annulation de ce contrat, jugeant que les garanties présentées par Mediapro n'étaient pas suffisantes. En attendant, la question de la diffusion des matches devient de plus en plus problématique. La prochaine saison de Serie A débute en effet le 18 août prochain.