DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Interrogations sur l’avenir de la PAC

Vous lisez:

Interrogations sur l’avenir de la PAC

Interrogations sur l’avenir de la PAC
Taille du texte Aa Aa

Réunis à Sofia pour une rencontre informelle, les ministres de l'Agriculture de l'UE se sont penchés sur les propositions de la Commission européenne concernant le prochain cadre budgétaire de la PAC (Politique agricole commune). L'institution propose de réduire l’enveloppe. Le principe est rejeté par plusieurs pays membres, dont la France.

Pour le ministre belge en charge du dossier le danger est "de voir l'agriculture continuer à être une forme de variable d'ajustement du budget européen et ça c'est difficilement acceptable", insiste Denis Ducarme. Les critiques sont aussi virulentes de la part des ONG environnementales. Pour Greenpeace les propositions de la Commission ne protègeront en rien l'environnement et la santé des Européens. "La Commission européenne a tout simplement abandonné ses responsabilités (…) parce qu'elle donne trop de marge de manœuvre aux Etats membres, sans donner de règles claires et des limites", s’emporte Marco Contiero.

La Commission veut aussi s'appuyer sur l'innovation. En Belgique, la ferme la Cense du Mayeur a déjà franchi ce cap. Cindy Rabaey et son mari ont investi après la crise du lait en 2009 dans deux robots de traite et une machine automatique pour nourrir les 220 vaches laitière de l’exploitation. Pour Cindy ce choix n’a pas changé la nature de son travail. "Robotisation ce n'est pas industrialisation ça n'est rien à voir", précise-t-elle.

Ce choix s’est avéré payant insiste cette productrice. Elle assure passer plus de temps auprès de ses vaches. Depuis l’arrivée des robots la famille a aussi pu partir pour la première fois en vacance.