EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Syrie : les crimes de guerre de la coalition internationale

Syrie : les crimes de guerre de la coalition internationale
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un rapport d'Amnesty International pointe du doigt les centaines de victimes civiles des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni dans leur lutte contre Daech à Raqqa en 2017.

PUBLICITÉ

En Syrie, les frappes de la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis sur Raqqa constituent des crimes de guerre potentiels, en tous cas une violation du droit humanitaire international. C'est l'accusation portée par Amnesty International dans un rapport ce mardi, et après une vaste enquête menée dans cette ville où des centaines de civils ont été tués entre juin et octobre derniers.

Benjamin Walsby, d'Amnesty International : "Nous ne trouvons aucune raison au fait qu'ils ne nous donnent pas les lieux, les cibles, et les déchets explosifs employés. Et si c'est vrai, si il est vrai que ces frappes sont en accord total avec les lois humanitaires internationales, alors ils n'ont rien à cacher, alors pourquoi cachent-ils les informations ? Nous voulons de la transparence, et nous voulons établir des responsabilités avec des enquêtes sérieuses".

Les frappes de la coalition avaient été menées sur Raqqa pour déloger les djihadistes de Daech installés là depuis trois ans.

Amnesty pointe du doigt "l'utilisation d'armes explosives dans des zones peuplées".

"Il y a des leçons à tirer de la mort du petit Tulip Badran, un an, ou de la mort de Abou Saif, 80 ans. mais aussi de la mort de toutes les autres victimes civiles que nous avons mentionnées dans notre rapport - des leçons doivent être tirées."

"Compte tenu du comportement impitoyable et inhumain de Daech et de l'environnement urbain complexe dans lequel nous évoluons, nous devons accepter que le risque de victimes civiles involontaires soit toujours présent", a réagi le ministre britannique de la Défense.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Syrie : Bachar al-Assad à la télévision russe, une mise au point

Bande de Gaza : Netanyahu au pied du mur

Coalition entre le parti au pouvoir et l'extrême droite en Croatie