EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Accord improbable au G7

Accord improbable au G7
Tous droits réservés 
Par Olivier Schneid avec afp
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le sommet du G7, qui se termine samedi 9 juin 2018, au Canada, devrait déboucher sur un constat de désaccord entre les Etats-Unis et les autres participants, en particulier l'Union européenne. Les taxes sur l'acier et l'aluminium imposées par Donald Trump sont au coeur de la discorde.

PUBLICITÉ

Le G7, qui réunit les Etats-Unis, le Japon, le Canada, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Italie, poursuit ses travaux samedi 9 juin 2018, à La Malbaie (Canada). Au regard des divergences opposant les Etats-Unis à leurs alliés, en particulier l'Union européenne, il est improbable qu'il s'achève par un communiqué commun, comme c'est la tradition.

Car, derrière les poignées de main énergiques, ponctuellement agrémentées de sourires, de profonds désaccords opposent les participants. "Nous avons eu une discussion très directe et ouverte, a commenté le chef de l'Etat français, Emmanuel Macron, au soir du premier jour. Je pense qu'il y a une volonté des deux côtés de trouver un accord et d'avoir une approche gagnant-gagnant pour nos peuples, nos salariés et nos classes moyennes."

La discorde porte en particulier sur les taxes imposées par les Etats-Unis sur les importations d'acier et d'aluminium, notamment en provenance de l'Union européenne et du Canada. "Pendant des années, les Etats-Unis ont eu un déficit commercial très lourd avec l'Union européenne, a justifié le président américain, Donald Trump. Nous travaillons à résoudre ce problème. Emmanuel nous y aide beaucoup. Quelque chose de très positif va se produire aujourd'hui", a-t-il prédit.

Mais les observateurs parient, au mieux, sur un texte commun actant les points d'accord et des paragraphes séparés consacrés aux désaccords. Comme l'Iran et le climat. Voire la réintégration de la Russie dans ces rencontres internationales. Souhaitée par Trump, elle est refusée par ses alliés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Débarquement : en Normandie, des tombes illuminées en l'honneur des soldats

Affaire Stormy Daniels : Donald Trump reconnu coupable de toutes les accusations

Qui sera le prochain secrétaire général de l'OTAN ?