DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Etats-Unis : plus de 700 enfants migrants toujours isolés

Vous lisez:

Etats-Unis : plus de 700 enfants migrants toujours isolés

Etats-Unis : plus de 700 enfants migrants toujours isolés
Taille du texte Aa Aa

"Je suis un enfant", "les familles doivent être réunies" : voilà les cris des manifestants, enfants et parents réunis à Washington, qui demandent à Donald Trump de tenir sa promesse.

Alors que l'échéance fixée par la justice américaine est dépassée depuis jeudi soir, plus de 700 enfants entrés illégalement aux États-Unis avec leurs parents sont toujours séparés de leurs familles.

Un juge fédéral de Californie avait ordonné que toutes les familles "éligibles" soient réunies avant 18H00 jeudi. Sont considérés comme "éligibles" les cas où les liens familiaux ont bien été déterminés, quand les parents n'ont pas d'antécédents criminels ou de maladie contagieuse, et quand ils n'ont pas renoncé aux retrouvailles.

La très polémique "tolérance zéro" du président Trump, mise en œuvre entre avril et juin derniers, a entraîné le placement en détention de milliers de migrants, venus principalement d'Amérique centrale et d'Amérique latine. Entre 2300 et 3000 enfants ont dans le même temps été écartés de leurs parents et placés dans des centres du ministère de la Santé. Parfois à des milliers de kilomètres de leurs proches, quel que soit leur âge.

Des méthodes qui ont provoqué l'indignation aux États-Unis, à tel point que le président a été contraint de revoir ses méthodes. Il a depuis interdit par décret la séparation systématique des familles.

Sur 2551 familles séparées, avec des enfants entre 5 et 17 ans, 1442 ont été réunies, selon les statistiques officielles publiées dans des documents de justice. A cela, il faut ajouter 378 mineurs relâchés "dans des circonstances appropriées", mais pas forcément réunis avec leurs parents. Au total, 1820 enfants ont donc été réunis ou relâchés.

Celles ci ont donc été réunies en partie, mais 711 enfants sont encore isolés à l'heure actuelle sur le territoire américain. Dans la majorité des cas (431 cas sur 711), les parents ont déjà été expulsés de leur côté.