DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pertes historiques pour Atlantia, concessionnaire du viaduc de Gênes

Vous lisez:

Pertes historiques pour Atlantia, concessionnaire du viaduc de Gênes

Pertes historiques pour Atlantia, concessionnaire du viaduc de Gênes
Taille du texte Aa Aa

Après la chute du pont Morandi, Atlantia vacille. Alors que le gouvernement italien menace de révoquer sa concession, la maison-mère d’Autostrade per l’Italia qui gère la portion d’autoroute sur laquelle se trouvait le pont, voit son action dévisser. Moins 25 % ce jeudi matin à la bourse de Milan.

Une chute historique entraînant plus de 4,6 milliards d'euros de pertes pour ce géant à qui tout réussissait jusque-là.

Détenant plus de 50 % du réseau autoroutier italien et des concessions partout en Europe, Atlantia a aussi récemment pris le contrôle du tunnel sous la Manche ou de plusieurs aéroports à Rome et sur la Côte d’Azur.

L'investissement en question

Pour démentir les accusations de mauvais entretien, Atlantia explique consacrer chaque année un milliard d’euros à ses 3 000 kilomètres de concessions en Italie.

Un chiffre à mettre en miroir avec l’effondrement des dépenses d’entretien et d’investissement en Italie : -58 % depuis 2008, une baisse largement due à la crise qui sévit dans la péninsule.

Le gouvernement populiste italien impute ce sous-investissement en équipement à l’Europe, coupable à ses yeux d’imposer une rigueur trop sévère à l’économie italienne.

En réponse, la Commission européenne affirme avoir approuvé en il y a quatre mois un plan d’aide de 8,5 milliards d’euros pour l’ensemble du réseau autoroutier italien.

Autre enveloppe de Bruxelles : une aide de 2,5 milliards d’euros sur six ans destinée aux infrastructures routières et ferroviaires.

De son côté, pour rassurer ses actionnaires, Atlantia prévient : si rupture de contrat il y a, elle devra donner lieu à une "indemnisation équivalente au manque à gagner de la concession".