DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coup de semonce pour un Donald Trump ébranlé

Vous lisez:

Coup de semonce pour un Donald Trump ébranlé

Coup de semonce pour un Donald Trump ébranlé
Taille du texte Aa Aa

Deux juridictions, deux affaires distinctes et le même verdict quasi simultané : deux hommes du premier cercle de Donald Trump ont été reconnus coupables à Alexandria et New York la nuit dernière. Un coup dur pour le chef de la Maison blanche, peut-être bien le moment charnière de sa présidence à en croire certains.

Paul Manafort, ancien chef de la campagne électorale de Donald Trump en 2016, sulfureux lobbyiste, a donc été reconnu coupable de fraude bancaire et fiscale. Tout un symbole lorsqu'on sait que ce procès, on le doit au travail du procureur spécial Robert Mueller qui enquête sur l'ingérence de la Russie dans la campagne de 2016.

Paul Manafort, 69 ans, encourt une peine maximale de 80 années de prison. Mais le juge, s'il suit les directives fédérales, "pourrait opter pour une peine entre sept et près de neuf ans", a expliqué un ex-procureur fédéral, Jacob Frenkel. La date du prononcé de sentence reste à fixer, peut-être le 12 décembre selon certains médias américains.

Tout dépendra aussi de l'accord que pourrait proposer le procureur Mueller à Manafort : une peine d'emprisonnement réduite en échange de ce qu'il sait sur les relations entre Trump et la Russie...

En déplacement en Virginie occidentale, Donald Trump a tenté de prendre ses distances avec l'affaire :

"Je ne suis pas impliqué, mais je me sens très triste. Cela n'a rien à voir avec l'ingérence de la Russie. Cela a commencé par la collusion russe, et cela n'a rien à voir, c'est une chasse aux sorcières, une honte."

En revanche, aucun commentaire du président Trump sur l'autre affaire, celle qui pour le coup l'implique directement. Son ancien avocat personnel Michael Cohen avait plaidé coupable de huit chefs d'accusations pour fraude fiscale, bancaire et violation des lois sur le financement des campagnes électorales. Il a reconnu avoir versé de l'argent à deux femmes, deux maîtresses de Trump, en échange de leur silence, et cela à la demande de Donald Trump, alors candidat à la Maison Blanche. Un délit dont pourrait avoir à répondre le chef des Etats-Unis.

Le coup est d'autant plus spectaculaire qu'il vient d'un ancien fidèle du président, gardien d'une partie de ses secrets, qui a travaillé pendant plus de dix ans pour le magnat de l'immobilier new-yorkais. Parfois surnommé le "pitbull" de Donald Trump, celui qui s'était dit un temps prêt "à prendre une balle" pour son puissant client a finalement décidé de le lâcher.

Pour ses crimes, Michael Cohen encoure jusqu'à 65 ans de prison.