DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : opération séduction en Afrique pour Theresa May

Vous lisez:

Brexit : opération séduction en Afrique pour Theresa May

Brexit : opération séduction en Afrique pour Theresa May
@ Copyright :
Nic Bothma/Pool via REUTERS
Taille du texte Aa Aa

La Première ministre britannique Theresa May a posé mardi la première pierre d'un "nouveau partenariat" de son pays avec l'Afrique, dont elle veut devenir le premier investisseur occidental pour compenser les pertes économiques attendues du Brexit.

"Je peux annoncer aujourd'hui une nouvelle ambition. D'ici 2022, je veux que le Royaume-Uni devienne le premier investisseur des pays du G7 en Afrique", a déclaré Mme May dans un discours prononcé au Cap, en Afrique du Sud, première étape de sa toute première tournée africaine.

Depuis la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne (UE), au référendum de juin 2016, Londres multiplie les contacts diplomatiques pour tenter de décrocher les accords commerciaux censés se substituer à ceux de Bruxelles.

"Je veux créer un nouveau partenariat entre le Royaume-Uni et nos amis africains fondé sur une prospérité et une sécurité partagées", a indiqué Theresa May devant un parterre d'hommes d'affaires sud-africains et britanniques. "Il est dans l'intérêt du monde entier que ces emplois soient créés (en Afrique) pour s'attaquer aux causes et aux symptômes de l'extrémisme et de l'instabilité, pour gérer les flux migratoires et pour encourager une croissance propre", a-t-elle plaidé.

Elle a annoncé dans la foulée une enveloppe de 4 nouveaux milliards de livres (4,4 milliards d'euros) d'investissements dans les économies africaines.

"On ne peut pas concurrencer la puissance économique de certains pays", a concédé Mme May en faisant référence à la Chine mais "nous pouvons offrir (à l'Afrique) des investissements de long terme et de haute qualité".

Theresa May s'est ensuite entretenue avec le président sud-africain Cyril Ramaphosa, avec lequel elle a signé, sous un crachin très britannique, un accord commercial.

Mme May a profité de son passage au Cap pour présenter aux Sud-Africains la cloche récemment retrouvée du navire britannique SS Mendi, qui fit naufrage en 1917 dans la Manche, avec 600 Sud-Africains en partance pour le front en France. Le retour de cette cloche est un peu "comme rendre leurs âmes à leur pays de naissance", a salué M. Ramaphosa.

Avec agence