DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

US Open: New York étouffe sous la chaleur humide, au tour de Djokovic et Federer

Vous lisez:

US Open: New York étouffe sous la chaleur humide, au tour de Djokovic et Federer

US Open: New York étouffe sous la chaleur humide, au tour de Djokovic et Federer
Taille du texte Aa Aa

Températures autour de trente-cinq degrés, humidité accablante : l'US Open, où Novak Djokovic et Roger Federer font leurs premiers pas mardi, est plongé sous une chaleur étouffante.

. Conditions d'enfer

Il n'y a qu'à voir les corps ruisselants, les tenues imbibées et les visages rougis des joueuses et des joueurs pour comprendre.

"Une humidité infernale" : lundi soir déjà, après son match face à son compatriote David Ferrer qui avait tourné au concours de tee-shirts mouillés, le N.1 mondial Rafael Nadal avait dressé le tableau.

Mardi, les abandons ont fleuri sur les courts new-yorkais. Ca a commencé avec l'Argentin Leonardo Mayer, dont la tension avait été prise après seulement une heure de jeu. Puis le Lituanien Ricardas Berankis et le qualifié italien Stefano Travaglia, victime de crampes, ont suivi en début d'après-midi. Soit près de la moitié (3 sur 8) des matches masculins terminés jusqu'alors.

Des "conditions extrêmes" qui ont conduit les organisateurs à accorder "dix minutes de pause entre les troisième et quatrième sets" des simples messieurs, une règle mise en place pour la toute première fois à l'US Open et qui sera reconduite au jour le jour.

Dans le tableau féminin, ça n'a pas empêché les premières têtes de série de poursuivre leur parcours : la N.2 mondiale Caroline Wozniacki, la Tchèque Petra Kvitova (5e) et la Lettonne Jelena Ostapenko (10e) ont franchi le premier tour.

C'est même avec humour que la première a préféré gérer la situation : "Entre les jeux, je me disais que j'étais à la plage, une Margarita dans la main !", a plaisanté la Danoise.

Mayer, lui, n'avait pas le coeur à rire : "Tant qu'un joueur ne sera pas mort, ils (les organisateurs) n'arrêteront pas", a-t-il lâché.

. Au tour de Djokovic et Federer

Après Nadal et Murray la veille, c'est au tour des deux derniers membres du "Big Four" réuni pour la première fois en Grand Chelem depuis plus d'un an, Novak Djokovic (6e) et Roger Federer, de faire leur entrée en lice.

Plongé dans un bain de jouvence depuis son sacre de la renaissance à Wimbledon qui l'a repositionné comme l'un des deux plus sérieux prétendants au titre, avec son trophée à Cincinnati il y a deux semaines, le Serbe de 31 ans était opposé dans l'après-midi au Hongrois Marton Fucsovics (41e).

Federer devait lui succéder en soirée sur le court Arthur-Ashe face au Japonais Yoshihito Nishioka (177e).

A désormais 37 ans, le Suisse aux vingt couronnes en Grand Chelem, titré sans discontinuer entre 2004 et 2008, rêve lui de mettre fin à dix ans de disette à New York, un mois et demi après avoir trébuché dès les quarts de finale sur son gazon chéri.

. Gasquet montre la voie

Il y a des Français de toutes parts sur les courts new-yorkais mardi : treize, contre trois (tous qualifiés) la veille.

Richard Gasquet (25e) leur a montré la voie en ralliant sans encombre le deuxième tour aux dépens du Japonais Yuichi Sugita (91e) en trois sets (6-3, 6-1, 6-3), sans jamais être breaké. Rassurant pour le Biterrois de 32 ans, arrivé à New York sans aucune victoire sur dur américain à son actif cet été, après avoir été victime d'une déchirure aux adducteurs il y a un mois à Hambourg.

D'autant que le N.2 tricolore restait sur deux éliminations dès le premier tour à l'US Open. Il avait aussi cédé d'entrée lors de la précédente levée du Grand Chelem, à Wimbledon, face à Gaël Monfils.

Sept autres Français, dont le N.1 Lucas Pouille (17e), figurent encore au programme.

Alizé Cornet (31e) était elle la première des cinq joueuses tricolores en lice mardi. Accablée par la chaleur et l'humidité, la Niçoise de 28 ans a laissé filer un set et un break d'avance pour s'incliner en trois sets (4-6, 6-3, 6-2) face à la Suédoise Johanna Larsson (82e), après quasiment 2h30 de jeu.

Même quand elle a mené 6-4, 3-1, Cornet, serviettes remplies de glace autour du cou à chaque changement de côté, semblait déjà souffrir physiquement. "C'est un cauchemar", a fini par sangloter la N.2 française au cours de la troisième manche.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.