EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Rassemblement pacifique à Chemnitz

Rassemblement pacifique à Chemnitz
Tous droits réservés 
Par Anne-Lise Fantino
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une manifestation pour dénoncer la poussée xénophobe et les violences qui ont éclaté ces derniers jours, lors des mobilisations d'extrême droite dans cette ville du nord de l'Allemagne.

PUBLICITÉ

Une parenthèse d'apaisement a été observée ce dimanche à Chemnitz.

Un rassemblement s'est à nouveau tenu dans cette ville de Saxe, en Allemagne, devenue l'épicentre des mobilisations d'extrême droite et de contre-manifestations depuis plus d'une semaine. L'objectif : dire "non" à la poussée xénophobe et aux violences qui ont éclaté ces derniers jours.

"Nous devons nous opposer à l'extrême droite", explique une manifestante, "et nous voulons une société ouverte et colorée, et nous réussirons si nous sommes unis".

Une affiche dénonçant les relents xénophobes n'est restée adossée qu'une poignée d'heures au buste de Karl Marx, en centre-ville, avant d'être à moitié arrachée. Et les militants d'extrême droite sont bien plus nombreux à battre le pavé que leurs opposants, note le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas. "Je me félicite qu'il y ait autant de démocrates qui montrent aussi leurs bannières à Chemnitz", dit-il_. Ils montrent clairement que la grande majorité des Allemands veulent vivre dans un pays cosmopolite et tolérant, et que ceux qui partagent une autre idéologie constituent une minorité qui fait plus de bruit qu'on ne le voudrait. Du coup, la voix de la décence doit simplement être plus forte qu'avant"._

Ce samedi, plus de 8 000 personnes se sont rassemblées à Chemnitz, à l'appel de l'AfD et du mouvement islamophobe Pegida, selon la police. Une vingtaine de personnes auraient été blessées, à la suite de heurts entre policiers et manifestants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un membre de l'AfD accusé d'avoir été payé par la Russie

"L'intégration européenne doit se poursuivre", selon le vice-chancelier allemand Robert Habeck

Guerre en Ukraine : Kyiv a plus que jamais besoin du soutien de l'Allemagne