DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Clermont: Fofana et Lopez, retour à point nommé

Vous lisez:

Clermont: Fofana et Lopez, retour à point nommé

Clermont: Fofana et Lopez, retour à point nommé
Taille du texte Aa Aa

Les revenants clermontois Wesley Fofana et Camille Lopez, brillants vainqueurs avec l'ASM du Racing 92 dimanche (40-17), réapparaissent au meilleur moment dans le radar du sélectionneur du XV de France Jacques Brunel, à un an de la Coupe du monde.

Tous deux sortent d'une saison noire, sur le plan personnel comme avec la formation auvergnate, décimée par les blessures et incapable de défendre son titre en Top 14. Un épisode douloureux qui donne une saveur particulière au succès décroché à l'Arena, face à un club avec lequel l'ASM entretient une vive rivalité ces dernières années.

"On a fait une saison catastrophique l'année dernière et on a à coeur de répondre cette année", a sobrement commenté Fofana à la sortie des vestiaires.

Brunel présent dans les tribunes, les deux arrières avaient peut-être une motivation supplémentaire en tête: être dans le bon wagon pour les tests d'automne, à l'occasion desquels le technicien gersois va polir son groupe en vue de l'échéance mondiale qui se rapproche.

- Frayeur pour Fofana -

Lopez a d'abord claqué un de ces drops dont il raffole pour concrétiser l'avancée des siens dans l'axe (27e). Cinq minutes plus tard, l'ouvreur envoyait son premier centre à l'essai sur un petit coup de pied à suivre millimétré (32e).

"Cela fait plusieurs fois qu'on voit que le 9 (le demi de mêlée du Racing, Xavier Chauveau, NDLR) est un peu en retard sur les couvertures", a expliqué Fofana. "On tente un coup de pied par-dessus avant, on voit qu'il est un peu limite et on se dit que s'il y a des occasions... Après, on se l'annonce, Camille le fait à merveille et je n'ai plus qu'à aplatir."

Également à mettre au crédit de Fofana, la mise sur orbite de la fusée Peter Betham sur le deuxième essai de l'ASM (62e), quelques minutes après une grosse frayeur: retourné par Bernard le Roux assisté de Juan Imhoff, le N.12 est retombé sur la nuque, ce qui ne vaudra qu'un carton jaune à l'avant ciel et blanc. "Si je ne rentre pas la tête, je tombe sur la tête. (...) J'ai eu un peu peur parce que je reviens d'un truc un peu grave."

Une hernie aux vertèbres cervicales, blessure rare, contractée en décembre et qui aurait pu contraindre l'expérimenté centre (30 ans, 45 sélections) à mettre fin à sa carrière. "J'aurais pu mourir d'un coup, sur le terrain. Ou dans le meilleur des cas finir handicapé", racontait-il en juin à l'AFP.

- Lopez, une place à (re)prendre -

Avant cela, une rupture d'un tendon d'Achille l'avait déjà tenu éloigné des terrains pendant neuf mois, entre janvier et octobre 2017. Une longue absence qu'a aussi vécue Lopez, victime en octobre d'une fracture de la cheville gauche.

Les deux internationaux sont revenus en même temps, en mars. Insuffisant pour éviter à Clermont une triste 9e place et une première absence en phase finale depuis 2006, mais suffisant, en ce qui concerne Fofana, pour faire son retour avec le XV de France fin juin lors du dernier test en Nouvelle-Zélande, avec un essai à la clé (défaite 49-14). Sa première sélection depuis un an et demi.

Lopez, forfait en juin, n'a lui plus porté le maillot national depuis le Tournoi 2017, quand le sélectionneur d'alors Guy Novès en avait fait son N.1, associé à Baptiste Serin.

Jules Plisson, François Trinh-Duc, Anthony Belleau, Matthieu Jalibert et Lionel Beauxis ont depuis débuté avec le N.10 mais aucun ne s'est encore imposé. Si l'ASM, leader après deux journées avec 107 points inscrits, poursuit son début de saison tonitruant, le Basque pourrait vite avoir sa chance.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.