DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Corruption: dix ans de prison pour l'ex-président du Salvador

Vous lisez:

Corruption: dix ans de prison pour l'ex-président du Salvador

Corruption: dix ans de prison pour l'ex-président du Salvador
Taille du texte Aa Aa

L'ancien président salvadorien Elias Antonio Saca a été condamné mercredi à dix ans de prison et à rembourser la somme de 260,7 millions de dollars, sur les 301 millions qui ont été détournés pendant qu'il était au pouvoir entre 2004 y 2009.

L'ancien chef d'État, qui a comparu détenu devant un tribunal de San Salvador en même temps que six de ses collaborateurs, devra encore purger huit ans de prison.

M. Saca a été condamné pour "détournement de fonds publics et blanchiment d'argent", a précisé le parquet général sur Twitter. C'est la première fois qu'un ancien chef de l'État salvadorien est "condamné pour des délits de corruption", a ajouté le parquet.

L'ancien dirigeant a plaidé coupable afin de voir la peine maximale réduite à 10 ans, contre 25 ans autrement.

Son ancien secrétaire, Elmer Charlaix, a également été condamné à 10 ans de prison et devra rendre 15 millions de dollars.

L'ancien ministre des télécommunications, Julio Rank, l'ancien président de la compagnie des eaux publique, César Funes, l'ex-chef des services financiers de la présidence, Francisco Arteaga, et Jorge Herrera, ancien fonctionnaire du Trésor public, ont été condamnés à cinq ans de prison.

Tous les accusés avaient plaidé coupable pour réduire les peines encourues, à l'exception de Pablo Gomez, ancien comptable d'Elmer Charlaix, qui a été condamné à 16 ans de prison et cinq millions de dollars de dommages et intérêts.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.