DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Biennale de la Danse remue les rues de Lyon

Vous lisez :

La Biennale de la Danse remue les rues de Lyon

La Biennale de la Danse remue les rues de Lyon
Taille du texte Aa Aa

Une colombe géante annonçait son retour entre Rhône et Saône : des dizaines de milliers de personnes ont assisté dimanche à la parade de la 18ème Biennale de la danse à Lyon, événement placé sous le thème de la paix.

"C'est énorme, moi je suis footballeur a la base, mais c'est mieux d'un match de foot, c'est extraordinaire", se réjouit un danseur local qui prend part à la parade.

"Pour tous les danseurs c'est toute une année de préparation, des samedis après-midi de répétition", assure une danseuse quelques rues plus loin.

En 2016, face à la menace djihadiste, le défilé avait été cantonné au stade de Gerland. Pour ces retrouvailles avec les pavés de la ville, les organisateurs ont choisi de célébrer le partage.

C'est ce qui a plu à Lilian Thuram, ancien football et président d'une fondation contre le racisme, parrain de la biennale.

"Je crois qu'il est très important notamment aujourd'hui avec ce qui ce passe au niveau politique que ce soit en France ou en Europe, de faire des choses ensemble parce que le fait de pouvoir défiler en dansant de dénoncer les discriminations, les problématiques d'exclusion, c'est aussi peut-être avoir confiance dans l'avenir, j'ai l'impression qu'on a besoin de ça", témoigne le champion du monde 1998.

La marraine de la biennale est Latifa Ibn Ziaten, la mère de la première victime du djihadiste Mohamed Merah, qui a créé une association luttant contre la radicalisation islamiste.

La biennale est l'un des moments fort du festival, qui se tient à Lyon jusqu'à la fin du mois.

Andrea Bolitho, Euronews :

"Après des inquiétudes liées à la sécurité en 2016, la parade est de retour chez elle, dans le cœur de la ville avec ses quelques 5 000 danseurs locaux. C'est tout un symbole, au regard du thème de cette édition : la Paix.