DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dans le camp de Moria, les migrants traumatisés

Vous lisez :

Dans le camp de Moria, les migrants traumatisés

Dans le camp de Moria, les migrants traumatisés
Taille du texte Aa Aa

Le camp de migrants de Moria, situé sur l'île de Lesbos en Grèce, est l'un des plus grands d'Europe. Des milliers de personnes qui ont risqué leur vie pour échapper à la guerre s'y retrouvent piégés. La surpopulation et les conditions de vie déplorable, un cocktail explosif dans le camp. Pour l'ONG Médecins sans frontières, la situation est devenue intenable.

"Un quart des mineurs ont tenté ou eu envie de se suicider"

"Ces derniers mois, nous avons remarqué que l'état psychologique des migrants s'aggrave, même celui des enfants, raconte Luca Fontana, membre de MSF. Nous avons instauré des groupes de soutien et constaté qu'au moins un quart des mineurs de ces groupes ont tenté ou ont eu envie de se suicider".

Il poursuit : "Ici, nous recevons des centaines d'enfants, d'hommes et de femmes qui sont des victimes. Ils ont subi des violences sexuelles dans le camp ou à l'extérieur. Cela montre clairement l'échec du système de protection."

Dans le camp, une clinique pédiatrique et un centre psychologique accueillent plus de cent enfants par jour. Marzia vit dans ce camp depuis maintenant cinq mois. Une situation difficile : son mari souffre de problèmes mentaux et ses deux fils ont un comportement agressif.

"Nous sommes inquiets car l'hiver arrive et nos enfants vivent dans une petite tente, explique t-elle. Nous n'avons pas de couvertures, il toussent et tombent malade. Quand enfin nous rencontrons des médecins, ils ne font pas attention à nous, ils disent juste de boire de l'eau."

Les migrants auront besoin de plusieurs années de traitement

Les difficultés endurées dans leur pays d'origine, le parcours difficile pour se rendre à Lesbos et les conditions de vie horribles traumatiseront ces migrants à vie. D'après les médecins, ils auront besoin de plusieurs années de traitement pour espérer s'en remettre un jour.

Médecins sans frontières demande à la Grèce de déplacer les migrants et réfugiés vulnérables et malades du camp de Moria vers d'autres pays de l'Union européenne.