DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mains robotisées : des sensations proches du réel

Vous lisez :

Mains robotisées : des sensations proches du réel

Un homme porte un exo-squelette pour les bras
Taille du texte Aa Aa

Si les prothèses de main robotisées ont déjà changé la vie de nombreux handicapés dans le monde, les patients se plaignent généralement du manque de sensation au niveau du toucher.

Cette absence vient d'être comblée par une équipe de chercheurs européens de la Scuola Superiore Sant'Anna de Pise, de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne, de l'Université de Freiburg et de la Policlinico Gemelli à Rome.

Grâce à ces recherches, deux patients ont réussi à retrouver des sensations proches du réel, comme l'explique ce scientifique.

Giacomo Valle, Institut de bio-robotique de Pise (Italie) : "Le nouveau défi pour les prothèses de la main est de retrouver non seulement une prise contrôlée et stable, mais aussi une sensation très similaire à celle d'un membre réel."

Les chercheurs ont stimulé les nerfs d'un bras amputé avec des signaux très similaires aux signaux naturels imitant les différents types de neurones présents au bout des doigts de la main.

Les chercheurs sont parvenus à mettre au point un code informatique capable de transmettre aux nerfs du bras de l'amputé toute la variété de perceptions qu'il recevrait des neurones tactiles de sa main et donc de communiquer de manière extrêmement naturelle des informations utiles au mouvement.

Cela a conduit à un plus grand réalisme et à une plus grande fonctionnalité des sensations ressenties.

Loretana Puglisi, patiente italienne : "Durant quelques mois, j'ai pu bouger mon bras comme jamais je n'aurais été capable de le faire auparavant. J'ai pu contrôler personnellement le mouvement de ma main avec des sensations extrêmement naturelles."

Cette innovation aura des retombées multiples : le code informatique développé par les chercheurs pourra en effet s'appliquer à tous les modèles de prothèses.

Les premiers résultats de ces tests seront publiés prochainement dans Neuron, l'une des revues les plus prestigieuses dans le domaine des neurosciences.