Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Donald Trump s'en prend à l'Iran

Donald Trump s'en prend à l'Iran
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

En l'absence de ses homologues russes et chinois, le président américain était très attendu ce mardi à l'ouverture de la 73e Assemblée générale des Nations Unies.

A la tribune de l'ONU, Donald Trump s'en est pris avec véhémence à son ennemi favori, l'Iran, accusé de posséder les armes les plus dangereuses de la planète.

Donald Trump : "Les dirigeants iraniens sèment le chaos, la mort et la destruction. Ils ne respectent ni leurs voisins, ni leurs frontières, ni les droits souverains des nations. Nous demandons à toutes les nations d'isoler le régime iranien tant que son agression se poursuit."

En prenant le contre-pied de son discours prononcé ici-même l'an passé, le locataire de la Maison Blanche a vanté "son initiative de paix audacieuse" avec la Corée du Nord, avant de faire rire les diplomates avec cette petite phrase.

"En moins de deux ans, mon administration a accompli davantage que n'importe quelle administration précédente dans l'histoire de notre pays... Je ne m'attendais pas à cette réaction, mais ça me va" a-t-il déclaré au milieu de l'hilarité générale.

Donald Trump a également réclamé des échanges commerciaux "justes et équilibrés" avec la Chine, appelé l'OPEP à cesser de faire monter les prix du pétrole, et attaqué la Cour pénale internationale qui n'a selon lui "aucune légitimité et aucune autorité".

Il a enfin évoqué son intention de limiter la contribution américaine à 25% du budget des opérations de maintien de la paix de l'ONU, au lieu de 28,5% actuellement, en encouragent les autres Etats à "partager ce lourd fardeau."

Par ailleurs, il a déclaré à des journalistes que son homologue du Venezuela, Nicolas Maduro, pourrait être "renversé très rapidement" par l'armée vénézuélienne.