Jean-Michel Basquiat, anatomie d'un artiste

Jean-Michel Basquiat, anatomie d'un artiste
Par Vincent Ménard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

La grande exposition consacrée au peintre new-yorkais s'est ouverte à la Fondation Vuitton, à Paris.

PUBLICITÉ

Ouverture ce mercredi à Paris de l'exposition-évènement de l'automne consacrée à Jean-Michel Basquiat.

La fondation Vuitton accueille une centaine d'oeuvres de l'artiste new-yorkais, connu pour son style avant-gardiste et sa rage de vivre.

La rétrospective s'ouvre sur trois têtes géantes, dont celle achetée l'an passé par un collectionneur japonais pour plus de 100 millions d'euros.

Suzanne Pagé, directrice artistique de la fondation Louis Vuitton : "Vous voyez l'extérieur du visage, en partie, vous voyez l'arête du nez, vous voyez le crâne, vous voyez les cheveux et puis après, vous voyez l'intérieur. Il avait eu un accident quand il était enfant, entre 7 et 8 ans, et sa mère lui avait offert, parce qu'il était resté longtemps à l'hôpital, un livre d'anatomie et on va voir sans arrêt chez lui l'intérieur des corps."

Après avoir quitté très tôt l'école, Jean-Michel Basquiat a commencé par graffer dans les rues de New-York dans les années 70 sous le pseudonyme de SAMO, "Same old shit".

Il a ensuite collaboré avec Andy Warhol avant de mourir d'une overdose en 1988, à l'âge de 27 ans.

Dieter Buchhart, commissaire de l'exposition : "Son énergie est incroyable, son trait est inimitable. Sa combinaison entre les mots, le collage et l'assemblage, personne d'autre ne l'a fait. Tout repose sur sa propre esthétique. Mais la façon dont il a combiné ses connaissances pour créer ses oeuvres, c'est si contemporain."

Outre celles de Jean-Michel Basquiat, la fondation Vuitton expose les toiles d'un autre artiste rebelle, le Viennois Egon Schiele, jusqu'au 14 janvier prochain.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : la 26e édition d'Art Paris se tient au Grand Palais Ephémère

Du pole dance dans une paroisse protestante à Strasbourg

De la peinture sur la dernière fresque londonienne de Banksy