EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Poutine : "Sergeï Skripal est un traître à la patrie"

Vladimir Poutine, président de la Russie
Vladimir Poutine, président de la Russie Tous droits réservés Dmitri Lovetsky/Pool via REUTERS
Tous droits réservés Dmitri Lovetsky/Pool via REUTERS
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président russe Vladimir Poutine à de nouveau nié toute implication de la Russie dans l'empoisonnement de l'ancien agent russe Sergeï Skripal, qu'il a accusé d'être un "traître à la patrie".

PUBLICITÉ

Vladimir Poutine a de nouveau nié toute implication de ses services secrets dans l'empoisonnement de l'ancien agent russe Sergeï Skripal et de sa fille Yulia, malgré les accusations de Londres.

Le président russe a également dénoncé les actes de l'ancien espion sur le sol britannique.

"Vos collègues journalistes laissent entendre que M. Skripal est une sorte de militant des droits de l'homme. C'est juste un espion. Un traître à sa patrie. C'est vraiment quelque chose d'être un traître à la patrie. C'est une ordure. C'est tout ce que j'ai à dire. Mais il y a toute une campagne de presse qui cherche à le faire passer pour un héros. Nous avons demandé plusieurs fois à nos collègues britanniques : 'Donnez-nous les documents. Nous allons mener une enquête'", a soutenu le président russe.

Sergeï Skripal, un ancien colonel du renseignement militaire, a été reconnu coupable d'avoir transmis des secrets d'État à la Grande-Bretagne et condamné à 13 ans de prison en 2006, avant d'être gracié.

Lui et sa fille avaient été empoisonnés au Novichok dans la ville anglaise de Salisbury, au mois de mars.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un avion de ligne russe s'écrase à vide près de Moscou, tuant les 3 membres de l'équipage

La Russie émet un mandat d'arrêt contre Ioulia Navalnaïa, la veuve d’Alexeï Navalny

No comment : le Premier ministre indien Narendra Modi en visite à Moscou