DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Accusé de viol, Cristiano Ronaldo, dément

Vous lisez :

Accusé de viol, Cristiano Ronaldo, dément

Accusé de viol, Cristiano Ronaldo, dément
Taille du texte Aa Aa

La star du football mondial est accusée d'avoir violé une Américaine dans un hôtel de Las Vegas en 2009. Et depuis la réouverture de l'enquête lundi, les choses se corsent. Lui qui parlait de "Fake News" fait face à une plaignante déterminée, Kathryn Mayorga.

Selon son avocat, Leslie Stovall, elle a trouvé la force d'aller en justice et de s'attaquer au quintuple ballon d'or grâce au mouvement #Metoo qui dénonce depuis un an les abus sexuels commis par les hommes de pouvoir :

"Ce mouvement et les femmes qui ont publiquement dénoncé des abus sexuels ont donné beaucoup de courage à Kathryn et lui ont permis d'en arriver là, de déposer une plainte."

L'International portugais a démenti vigoureusement, expliquant que "le viol est un crime abominable qui va à l'encontre de ce qu'il est, de ce qu'il croit", il a aussi dénoncé "ce cirque médiatique monté par des gens qui cherchent à se faire de la publicité à ses dépens".

Juste après les faits le 13 juin 2009, la plaignante avait dénoncé son viol à la police de Las Vegas, et subi un examen médical. La police affirme que la procédure n'avait pu aller plus loin car, à l'époque, la jeune femme n'avait pas voulu donner le nom de son agresseur.

Mais son avocat Leslie Stovall assure, lui, qu'elle a bien "identifié Cristiano Ronaldo lors d'un entretien avec un détective de la police de Las Vegas deux semaines après l'agression".

Selon son récit, Kathryn Mayorga avait rencontré Cristiano Ronaldo au Palms Hotel de Las Vegas le 13 juin 2009, chacun faisant partie d'un groupe. Ronaldo était sur le point de passer de Manchester United au Real Madrid pour le transfert le plus cher du monde à l'époque. Il l'aurait invitée dans sa suite pour faire la fête, avec d'autres personnes. Là, il aurait demandé à la jeune femme, 24 ans à l'époque, de se joindre au groupe dans un jacuzzi. Celle-ci n'ayant pas de maillot de bain, il lui aurait prêté un short de sport et un tee-shirt.

Selon ses dires, c'est pendant qu'elle se déshabillait dans la salle de bain que le footballeur a fait irruption, sexe apparent, pour lui demander une fellation. Mme Mayorga dit avoir refusé et demandé à quitter les lieux. Mais Ronaldo l'aurait ensuite poussée sur un lit pour tenter d'avoir une relation sexuelle avec elle. Et c'est parce qu'elle se protégeait le sexe de ses mains qu'il l'aurait sodomisée.

Un peu plus tard, une "médiation privée" aurait abouti à une transaction financière : 375 000 dollars en échange d'une confidentialité absolue sur les faits présumés de viol et de l'abandon de toute procédure. Un accord considéré aujourd'hui nul et non avenu par la plaignante et son avocat qui met en avant le trouble psychologique de sa cliente à l'époque et les pressions exercées à son encontre.