Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'OTAN réagit aux cyberattaques russes

L'OTAN réagit aux cyberattaques russes
Taille du texte Aa Aa

Brian Carter, correspondant d'Euronews à Bruxelles revient sur les dernières révélations sur les cyberattaques.

"Oui, tout à fait. Ces révélations ne pouvait pas arriver à un meilleur moment, alors que les ministres de la défense de l'OTAN sont réunis à Bruxelles pour deux jours dans ce bâtiment derrière moi. Et aujourd'hui, ils allaient évoquer les problèmes de cybersécurité. Ce matin, Gavin Williamson, le secrétaire à la Défense britannique, a déclaré que "les alliés de l'OTAN devaient rester unis contre de telles actions et que le Royaume-Uni allait continuer à exposer les actions russes.

Le Royaume-Uni est en train d'investir près de 2 milliards de livres pour la cybersécurité, qu'ils souhaitent partager avec leurs alliés de l'OTAN. Gavin Williamson a également ajouté que les actes des Russes étaient ceux d'un Etat paria.

Vous le voyez des mots très durs de la part du secrétaire à la Défense britannique. Federica Mogherini, la cheffe de la Diplomatie européenne est elle aussi présente aujourd'hui à cette réunion. Elle a rappelé ce matin que l'UE elle aussi se penchait sérieusement sur la question de la cybersécurité, en coordination avec l'OTAN.

Tout cela arrive au moment ou la cybersécurité est considérée comme une menace grandissante par l'OTAN. Ces dernières années, l'OTAN s'est mis à considérer les cyberattaques au même titre que les autres combats : aériens, au sol ou navals. Et ainsi, que les cyberattaques pouvaient être une raison légitime d'invoquer le fameux article 5 de l'alliance, cette clause de défense collective qui dit qu'une attaque contre un allié serait considéré comme une attaque contre tous les alliés."