DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Au moins 12 morts en Haïti lors d'un séisme de magnitude 5,9

Vous lisez:

Au moins 12 morts en Haïti lors d'un séisme de magnitude 5,9

Vue de Port-au-Paix, en Haïti, le 7 mai 2016
@ Copyright :
HECTOR RETAMAL
Taille du texte Aa Aa

Au moins douze personnes ont été tuées et 188 blessées dans le nord-ouest d'Haïti, secoué samedi soir par un séisme d'une magnitude de 5,9 qui a créé "un début de panique dans plusieurs villes", ont annoncé les autorités.

Selon le ministère de l'Intérieur, huit personnes sont mortes dans la ville côtière de Port-de-Paix --capitale du département du Nord-Ouest--, trois à Gros-Morne qui se trouve à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de cette localité et une à Saint-Louis-du-Nord.

Le précédent bilan, communiqué par un porte-parole du gouvernement haïtien, faisait état de onze morts et 135 blessés.

Le président Jovenel Moïse a annoncé dimanche matin sur Twitter être "en route pour Port-de-Paix et Gros morne".

"Je vais m'enquérir personnellement de la situation, suite au passage du séisme. Je veux m'assurer que l'appareil étatique est mobilisé à fond pour venir en aide aux victimes", a-t-il indiqué.

L'épicentre de la secousse d'une magnitude de 5,9 a été enregistré à 19 kilomètres au nord-ouest de Port-de-Paix à 20H10 (00H10 GMT dimanche), a annoncé l'institut géologique américain USGS. Plusieurs légères répliques ont ensuite été ressenties dans le nord-ouest.

La ville de Chansolme (nord-ouest) et la petite île de la Tortue ont aussi été affectées.

Une cellule de crise, incluant plusieurs ministères, a été mise en place "afin de coordonner l'ensemble des réponses d'urgence à apporter", avait tweeté dès samedi soir Jean-Henry Céant, Premier ministre d'Haïti.

Le président avait exhorté la population "à garder son calme", ajoutant que "le système de gestion de risques et les directions régionales de la Protection civile sont en alerte pour assister les habitants des zones touchées".

Les blessés sont "soignés dans les hôpitaux du département", a indiqué la protection civile haïtienne. "Ailleurs, des cas de blessés, pour la plupart légers, ont été également enregistrés à la suite de mouvements de panique causés par la secousse", a-t-elle ajouté.

"La secousse a été ressentie à travers tous les départements du pays, créant un début de panique dans plusieurs villes", a précisé cette source.

- Jusqu'à Port-au-Prince -

Des photos de maisons aux murs endommagés et de bâtiments partiellement détruits circulaient dimanche sur les réseaux sociaux sans que leur authenticité ne puisse être établie.

Le commissariat de police de Port-de-Paix notamment a subi des dégâts, selon une photo publiée sur son compte Twitter par la Police Nationale d'Haiti.

Région la plus pauvre du pays, le nord-ouest compte beaucoup de zones enclavées faute de routes en bon état. Il faut en temps normal environ six heures pour parcourir les quelque 300 kilomètres séparant la capitale Port-au-Prince de Port-de-Paix.

La secousse de plusieurs secondes a été ressentie jusqu'à Port-au-Prince, suscitant l'émotion auprès des habitants qui restent traumatisés par le séisme qui a ravagé la ville et ses environs en 2010.

Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre d'une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter a causé la mort de plus de 200.000 personnes, et en a blessé plus de 300.000 autres.

Plus d'un million et demi de personnes se sont retrouvées à la rue à la suite de cette catastrophe dont les dégâts ont été évalués à 120% du PIB national.

Les structures et l'organisation de l'Etat haïtien ont beaucoup souffert de la catastrophe. Au bout de trois jours, l'état d'urgence avait été déclaré sur l'ensemble du pays pour un mois. De très nombreux bâtiments avaient été détruits, dont le Palais national et la cathédrale Notre-Dame de Port-au-Prince.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.