DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Eglise qui divise Kiev et Moscou

Vous lisez:

L'Eglise qui divise Kiev et Moscou

L'Eglise qui divise Kiev et Moscou
Taille du texte Aa Aa

La religion au cœur d'une nouvelle bataille entre la Russie et l'Ukraine.

Le Patriarcat de Constantinople a reconnu jeudi une Église orthodoxe indépendante en Ukraine. Une décision historique qui met fin à 332 années de tutelle religieuse russe dans le pays.

Si la décision a été saluée par le président ukrainien Petro Porochenko, Moscou parle de "catastrophe", dénonce un "schisme" et de prévenir que cette décision aurait "des conséquences extrêmement graves".

Souvent tendues, les relations entre ces deux Églises ont été exacerbées avec la crise russo-ukrainienne marquée par l'annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014, suivie du conflit dans l'Est séparatiste pro-russe de l'Ukraine, qui a fait plus de 10.000 morts.

Le saint-synode à Istanbul a également décidé de rétablir dans sa fonction le Patriarche Filaret Denisenko. L'homme avait été excommunié par Moscou en 1991 car il venait de créer l'Eglise orthodoxe ukrainienne.

Autre décision prise : la révocation des dispositions légales de 1686 rattachant la métropole de Kiev au Patriarcat de Moscou.

Le Patriarche et le président ukrainiens se veulent rassurants : chacun sera libre de fréquenter l’Église qu'il souhaite.

Si le Patriarcat de Constantinople est le plus ancien, c'est celui de Moscou qui compte le plus grand nombre de fidèles et de paroisses. La perte de son influence en Ukraine porte un coup sérieux à son statut dans le monde orthodoxe.

avec AFP