DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les fumeurs d'herbe canadiens au nirvana

Vous lisez :

Les fumeurs d'herbe canadiens au nirvana

Les fumeurs d'herbe canadiens au nirvana
Taille du texte Aa Aa

Des notes de reggae résonnent dans les parcs de Montréal, où plusieurs groupes de jeunes adultes sont venus profiter de l'occasion de fumer un joint un au grand jour. Le cannabis récréatif est légal au Canada depuis mercredi, une première pour un pays du G20.

Au petit matin de ce jour historique pour les amateurs de marijuana, de longues files d'attente s'étaient formées devant les boutiques homologuées. Quelques minutes après l'ouverture, les premiers fumeurs d'herbe sortaient les yeux pleins d'étoiles et ne manquaient pas l'occasion de tirer une taffe sous les yeux des nombreux journalistes... Et de la police.

Au Québec, l'herbe est vendue à partir de 5 dollars le gramme, mais le prix peut être beaucoup plus cher. "Si tu fumes la qualité supérieure, il faut mettre le prix. C'est comme un bon vin, si tu achètes un Petrus ou un Dom Perignon dans le champagne, il faut mettre la galette (payer le prix fort, ndlr)", s'exclame Fred, en montrant ses achats du jour, deux boites de carton remplie de "pot".

"Ça ne prend pas trop de place dans ma vie, il faut avoir une certaine limite. J'espère seulement que tout le monde va se respecter vis-à-vis de ça aujourd'hui", conclut ce fumeur occasionnel.

D'autres n'ont même pas pu accéder aux magasins de la Société québécoise du cannabis (SQDC) malgré plusieurs heures d'attente. Plusieurs clients attendaient encore sur le trottoir quand les portes ont été fermées à 21 heures.

Seuls 120 producteurs de cannabis sont autorisés par le gouvernement canadien. D'après les estimations, ils ne pourront combler que 30 % à 60 % de la demande dans le pays. Un début de pénurie pointe déjà dans plusieurs provinces.