DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Masters: Svitolina dans la cour des grandes

Vous lisez :

Masters: Svitolina dans la cour des grandes

Masters: Svitolina dans la cour des grandes
Taille du texte Aa Aa

Elina Svitolina fait désormais partie des grandes: l'Ukrainienne a remporté le tournoi le plus prestigieux de sa carrière en s'adjugeant le Masters féminin, dimanche à Singapour, et peut désormais rêver d'un sacre en Grand Chelem, où elle n'a jamais brillé.

Une ultime faute de revers de Sloane Stephens, et Svitolina pouvait s'écrouler sur le court des Reines après une longue bataille de 2H24 (3-6, 6-2, 6-2). L'Ukrainienne a fait craquer l'Américaine comme elle a fait craquer ses autres adversaires cette semaine: au physique, à la "niaque" et à la détermination.

gi

La N.7 mondiale était loin d'être favorite à l'entame de ce dernier tournoi de la saison, mais sa combativité - elle a remporté ses trois derniers matches en trois sets - lui a permis de terminer sa saison par un trophée majeur, celui du Masters regroupant les huit meilleures joueuses de l'année.

"C'est un moment très particulier, j'ai joué du super tennis cette semaine, Singapour va rester très longtemps dans mon coeur et ce tournoi va m'apporter beaucoup de confiance", a-t-elle jubilé après avoir versé quelques larmes.

- "Une bonne note" -

A 24 ans, l'Ukrainienne avait peut-être besoin de cette confiance supplémentaire pour s'ouvrir la voie en Grand Chelem dès 2019: elle n'y a encore jamais dépassé les quarts de finale (Roland-Garros 2015 et 2017, Open d'Australie 2018).

"Je finis la saison sur une bonne note", a savouré Svitolina qui restait sur quelques mois compliqués après un début d'année exceptionnel. Elle retrouvera la quatrième place mondiale dès lundi, tout près de son meilleur classement (3e). Elle compte désormais treize titres à son palmarès, dont quatre remportés cette saison, à Brisbane, Dubaï, Rome et donc Singapour.

Svitolina, qui a dû batailler tout au long du tournoi, remportant trois matches en trois manches dont sa demi-finale contre Kiki Bertens (7-5, 6-7, 6-4), n'a plus perdu une finale sur le circuit WTA depuis 2016, soit neuf titres remportés en neuf finales disputées entre 2017 et 2018. Une première depuis Serena Williams en 2013, et surtout la preuve d'un mental d'acier dans les moments chauds.

Dimanche, malgré un début de match trop timide, l'Ukrainienne a profité de la baisse d'intensité de l'Américaine, trop juste physiquement dès le deuxième st, pour s'imposer difficilement, dans un match mené dans un faux rythme entre fautes directes et longs échanges. Elle a peu à peu éteint Stephens, 25 ans, qui a commis de plus en plus de fautes directes au fil de la partie. "Ce n'est pas la fin que je souhaitais", a réagi l'Américaine, 6e mondiale, qui disputait le Masters pour la première fois.

Pour la première fois depuis l'instauration d'une phase de groupes au Masters féminin il y a quinze ans, aucune des quatre premières têtes de série ne s'était invitée dans le dernier carré. L'incontestable N.1 mondiale Simona Halep, blessée, avait déclaré forfait avant le tournoi, tandis que la révélation de l'année, la Japonaise Naomi Osaka (4e mondiale), avait abandonné en poules à cause d'une blessure à une cuisse.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.