DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lourdes : les évêques face à la pédophilie dans l’Eglise

Vous lisez :

Lourdes : les évêques face à la pédophilie dans l’Eglise

Lourdes : les évêques face à la pédophilie dans l’Eglise
Taille du texte Aa Aa

Est-ce le signe de la volonté d’affronter en face la pédophilie au sein de l’Eglise catholique ?

A Lourdes, les 118 membres de la conférence des évêques de France ouvrent leur rassemblement à 8 victimes d’abus sexuels commis par des ecclésiastiques.

Une première écoute en plus haut lieu comme une reconnaissance des souffrances vécues.

Olivier Savignac, victime d’abus sexuels d’un prêtre en 1993, estime qu'il y a encore beaucoup à faire : "La réconciliation, elle est au bout du chemin, mais pour l'instant je n'y suis pas prêt, parce qu'on est aussi représentant de toutes les victimes et toutes ne sont pas prêtes à entendre ce pardon, donc on n'est pas là pour entendre pardon, personnellement cela me mettrait mal à l'aise."

Prise de conscience au plus haut niveau

Le Pape François a dénoncé cet été les abus sexuels comme des abus de pouvoir. Manière de montrer que les choses ont changé : en France, l’Eglise a désormais un représentant chargé de cette question.

Il s'agit de Mgr Luc Crépy, évêque du Puy-en-Velay, et président de la commission de lutte contre la pédophilie au sein de l’Eglise. A Lourdes, il explique : "Cette rencontre n'est pas un aboutissement, cette rencontre c'est un début, il ne faut pas penser qu'une fois qu'on aura fait cela tout sera réglé, au contraire. Il y a beaucoup de choses qui j'espère vont commencer."

Une prise de conscience au plus haut niveau de la hiérarchie de l’Eglise, entachée par les sanctions prises encore récemment à l’égard des lanceurs d’alerte en son sein.

L’une des principales associations de victimes, la Parole libérée, basée à Lyon n’a pas souhaité participé à ces rencontres Elle dénonce : "une opération de communication orchestrée par l’Eglise".