EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Unir les siens et l'UE, la mission impossible de May

Unir les siens et l'UE, la mission impossible de May
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plusieurs ministres et parlementaires de sa majorité s'opposent à la Première ministre sur la question de la frontière irlandaise.

PUBLICITÉ

La Première ministre britannique Theresa May convoque ce mardi son gouvernement pour faire le point sur l'état d'avancée du Brexit. Sa mission : rassembler l'UE et les députés britanniques derrière elle. Mais le temps presse.

D'après plusieurs sources, l'avancée des négociations est toujours principalement freinée par la question de la frontière irlandaise, caillou persistant dans la chaussure de la Première ministre. Au point que cette dernière a finalement cédé au "backstop", la proposition de l'UE, annonçait hier son homologue irlandais Leo Varadkar.

"Le gouvernement britannique a souscrit à un filet de sécurité juridiquement opérationnel, qui s’appliquera sauf, et jusqu’à ce que, nous ayons un nouvel accord pour le remplacer", a déclaré le chef de l'exécutif irlandais depuis Dublin.

Des ministres frondeurs

Mais côté britannique, une dizaine de ministres, dont ceux du Brexit et des Affaires étrangères, entendent défier Theresa May. Pour eux, le Royaume-Uni doit fixer les modalités de toute solution temporaire.

Ce mardi, ils compte encourager la Première ministre à regarder Bruxelles dans les yeux et ne rien céder sur la question pour qu'elle obtienne le soutien de la majorité conservatrice au Parlement.

Le "backstop", ou filet de sécurité, est une option de dernier recours pour maintenir une frontière ouverte entre les deux Irlandes, exigence de Bruxelles. Mais cela serait compliqué en cas de sortie britannique du marché unique européen, alors que le scénario d'une absence d'accord plane toujours sur les discussions.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Brexit : une nouvelle démission

Nigel Farage fait volte-face et se présente aux élections britanniques

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service