DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Madagascar aux urnes pour une présidentielle dominée par des anciens chefs de l'Etat

Vous lisez :

Madagascar aux urnes pour une présidentielle dominée par des anciens chefs de l'Etat

Madagascar aux urnes pour une présidentielle dominée par des anciens chefs de l'Etat
Taille du texte Aa Aa

Les électeurs malgaches votaient mercredi dans le calme pour le premier tour de la présidentielle, une élection à suspense dominée par trois ex-chefs de l'Etat au coeur des crises politiques qui ont secoué la Grande Ile ces dernières années.

A la mi-journée, le taux de participation était de 40% dans la capitale Antananarivo et de 68% à Toliara (sud-ouest), la troisième ville du pays, a annoncé le ministre de l'Intérieur Tianarivelo Razafimahefa, ajoutant qu'aucun incident n'avait été pour l'instant signalé.

gi

Les bureaux de vote doivent fermer à 17H00 (14H00 GMT).

Des premiers résultats provisoires et très partiels sont attendus d'ici vendredi matin, mais la proclamation des résultats officiels est prévue le 28 novembre.

Dans cette grande île de l'océan Indien au réseau routier délabré, l'acheminement d'une partie des procès-verbaux des bureaux de vote se fera par hélicoptère.

"On espère que cette élection sera l'occasion de consolider les acquis démocratiques", a déclaré mercredi le chef de la mission des observateurs de l'Union européenne, Cristian Preda, alors que le pays est coutumier des crises post-électorales et politiques.

"J'espère qu'on n'aura pas de crise après cette élection, mais tel que je le vois, les candidats sont trop arrogants", a avancé une électrice, Eline Faraniaina, retraitée de 60 ans. "Aucun ne veut perdre l'élection".

Pour éviter tout dérapage, le président de la Haute Cour constitutionnelle Jean Eric Rakotoarisoa a "exhorté" mercredi "les candidats à ne pas annoncer de résultats" avant la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et "à ne pas se déclarer vainqueur avant le résultat final".

- "Sortir de la pauvreté" -

Ce scrutin marque le retour des "revenants", les ex-présidents Marc Ravalomanana (2002-2009) et Andry Rajoelina (2009-2014), interdits par la communauté internationale de se présenter en 2013 après les violences politiques de 2009 qui avaient fait une centaine de morts.

Les manifestations avaient débouché sur un coup d'Etat, ainsi que l'a qualifié la communauté internationale, et l'armée avait confié le pouvoir à l'opposant Andry Rajoelina.

Le combat entre les deux frères ennemis se transpose cette année dans les urnes, où ils affrontent 34 autres candidats, dont l'ex-président Hery Rajaonarimampianina (2013-2018), qui complète le trio des principaux prétendants.

Pendant son mandat, ce dernier a échappé à deux destitutions et dû faire face à une fronde de l'opposition, qui a fait deux morts en avril.

Mercredi, les forces de l'ordre se faisaient discrètes dans la capitale, après une campagne électorale sans incident.

Pour de nombreux électeurs, la priorité est la lutte contre la pauvreté dans un pays où les trois-quarts de la population vivent avec moins de 1,90 dollar par jour.

"J'ai besoin d'un président qui me sorte de la pauvreté", a expliqué Eline Faraniaina, 60 ans, qui s'apprêtait, après avoir voté, à chercher du linge à laver pour des particuliers afin de se nourrir.

- "Grand jour" -

Les trois favoris de la présidentielle, qui ont déployé pendant la campagne des moyens jugés "indécents" par l'ONG Transparency International, ont voté mercredi matin dans la capitale.

"C'est un grand jour, c'est la victoire de la démocratie", a déclaré Hery Rajaonarimampianina après avoir voté.

Les poids lourds de la campagne ont fait naturellement du développement leur priorité affichée. Mais les observateurs dénoncent des promesses sans financement.

"Nous avons beaucoup de ressources naturelles qui ont été mal exploitées. Si on régule tout ça, je pense qu'on va développer Madagascar", a assuré à l'AFP dimanche M. Rajoelina, 44 ans, apprécié des classes populaires et de la jeunesse.

Marc Ravalomanana, 68 ans et perçu comme le candidat de l'intelligentsia, a multiplié les engagements, comme ses concurrents.

"Quand Papa (son surnom) sera élu, vous aurez ce que vous voulez", a-t-il assuré pendant la campagne en brandissant des tablettes électroniques et des cartables qu'il compte distribuer aux élèves.

Hery Rajaonarimampianina a demandé, lui, plus de temps pour "consolider le développement". "Après 50 ans de pauvreté, on ne peut pas tout corriger en cinq ans", a-t-il expliqué à l'AFP.

Face aux favoris, soutenus par des chaînes de télévision et des radios, les 33 autres candidats ont eu du mal à exister.

Mais Marie Albert Razafiniaina, 42 ans, a décidé de donner sa voix à l'un des outsiders: "La population en a marre de ces trois candidats. Ils ont été au pouvoir mais sans résultat".

Si aucun candidat n'obtient 50% des suffrages mercredi, un second tour est prévu le 19 décembre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.