Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vers un vin de qualité "made in China"

Vers un vin de qualité "made in China"
Taille du texte Aa Aa

Un vignoble installé aux portes du Tibet avec pour objectif : donner enfin à la Chine un nectar de réputation mondiale. Ici, au pied des contreforts de l'Himalaya, à plus de 2 200 mètres d'altitude, on récolte le raisin à la main en fredonnant un chant traditionnel.

Ce terroir de 28 hectares est réparti en plus de 300 petites parcelles, chacune traitée différemment, de la taille à la récolte.

Dans un pays encore peu réputé pour la qualité de ses vins, le géant français des vins et spiritueux Moët Hennessy a pris le pari de planter en Chine des vignes destinées à un produit haut de gamme facturé 300 euros la bouteille.

Maxence Dulou est le directeur de ce domaine :

"Effectivement, il y a une connotation qui n'est pas très positive, pour le "Made in China", mais nous, tout ce qu'on fait, on le fait avec passion et on le fait avec le maximum de précision pour avoir le meilleur vin possible, et faire le meilleure vin possible. Et donc, je pense qu'indirectement, effectivement, on fait partie de ces entreprises, de ces gens qui tirent le "Made in china" vers le haut."

Le prix de vente est conséquent, mais il s'expliquerait : chaque hectare nécessite en moyenne quatre fois plus de temps que les plus grands vignobles du monde.

Ce vin rouge, un assemblage de cabernet sauvignon et de cabernet franc, a été baptisé "Ao Yun", c'est-à-dire "Vol au-dessus des nuages" en chinois, en référence au paysage à couper le souffle qui entoure le vignoble. La production reste confidentielle, 2 000 caisses chaque année.

Felix Ho est sommelier au restaurant français "L'Atelier de Joël Robuchon" :

"Ça a été très surprenant pour nos clients, parce que lorsqu'ils ont dégusté cette bouteille de vin, beaucoup d'entre eux ont cru que c'était un bordeaux. Mais au final, ils se sont rendus compte que la bouteille venait de Chine. Tous sont très enthousiastes, ils sont très surpris par la qualité de ce vin."

D'ici 2021, la Chine devrait devenir le deuxième marché mondial du vin derrière les Etats-Unis, passant ainsi devant la France. Le marché chinois devrait alors avoisiner les 23 milliards de dollars. _(étude publiée en février 2018 par Vinexpo/IWSR, International Wine and Spirit Research) _