DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les prix des carburants sont-ils vraiment si élevés en France ?

Vous lisez :

Les prix des carburants sont-ils vraiment si élevés en France ?

Les prix des carburants sont-ils vraiment si élevés en France ?
Taille du texte Aa Aa

La grogne monte en France. La raison ? La hausse du prix des carburants, spécialement celui du diesel qui pendant de nombreuses années bénéficiait d'un avantage fiscal.

Encore aujourd'hui, plus de 60% du parc automobile français carbure au gazole. Mais depuis quelques mois, l'écart à la pompe entre diesel et sans-plomb se réduit. Dans certaines stations de l'Hexagone, le diesel est même plus cher que l'essence.

De plus, cette grogne est attisée par la volonté du gouvernement d'Edouard Philippe de faire augmenter le 1er janvier 2019, et cela indépendamment du prix du baril de pétrole brut, les taxes de 6,5 centimes par litre de diesel et de 2,9 centimes par litre d'essence.

Les tarifs des carburants vendus en France sont-ils vraiment prohibitifs, comparés aux autres pays européens ?

Jusqu'à 30 centimes de différence par litre de carburant entre les différents pays européens

Le prix des carburants en France s'inscrit dans la fourchette haute de ceux pratiqués dans l'Union européenne. Mais, les tarifs étaient bien supérieurs dans de nombreux pays.

Ainsi le 5 novembre, le litre de sans-plomb 95 était le plus cher en Italie avec 1,65 €. Les moins chers ont été observés en Pologne (1,18 €) et en Bulgarie (1,19 €). Avec 1,54 €, la France était pratiquement au niveau de la moyenne des pays de l'Union européenne (1,49 €).

Concernant le diesel, son prix moyen dans l'UE était de 1,43 €. La France avec 1,51 € était dans le peloton de tête, en quatrième position, derrière l'Italie (1,56), la Belgique (1,57) et le Royaume-Uni (1,57) et la Suède (1,58). A l'inverse, record absolu pour le Luxembourg avec 1,17 €.

La part des taxes dans les prix des carburants en France n'est pas non plus la plus importante des pays de l'Union européenne. Si les taxes en France représentaient 61,7% du prix du SP95, soit plus que la moyenne européenne avec 59,1%, elles étaient plus importantes aux Pays-Bas (65,7%) et en Grèce (63%). Pour le diesel, la part des taxes représentait en France, toujours au 5 novembre 2018, 56,9% du prix affiché à la pompe, soit en la matière la troisième place du classement européen.

Si les carburants représentent une dépense non négligeable pour les ménages européens, l'importance de celle-ci varie énormément en fonction de leur revenu. En 2017, la moyenne de ce revenu (médian équivalent) dans l'UE était 16 359 €.

Mais à l'échelle des pays membres, de fortes disparités apparaissent. En effet, si ce revenu était de 22 095 € en France, il était de 14 207 € en Espagne, de 7 611 € en Grèce (des pays où le prix des carburants est pratiquement au même prix, voire plus cher, qu'en France).

Si en Bulgarie ou en Roumanie, les carburants étaient parmi les moins chers d'Europe, leur incidence dans le budget des ménages de ces deux pays était bien supérieure à celle observée dans d'autres pays, dont la France, aux vues de leur revenu médian en 2017 ( 3 588 € et 2 742€).