PUBLICITÉ

Le prince héritier saoudien MBS dans le collimateur de la CIA

Le prince héritier saoudien MBS dans le collimateur de la CIA
Tous droits réservés 
Par Olivier Schneid avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) est le commanditaire de l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, selon la CIA. Le Washington Post, auquel ce dernier collaborait, l'assure. Le frère de MBS, lui aussi mis en cause, a formellement démenti.

PUBLICITÉ

La CIA est convaincue de la responsabilité directe du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) dans l'assassinat, le deux octobre 2018, du journaliste Jamal Khashoggi, au consulat saoudien d'Istanbul (Turquie).

Il en a été le commanditaire, affirme le quotidien américain The Washington Post, auquel le journaliste collaborait régulièrement. C'est lui qui aurait demandé à son frère, Khalid, ambassadeur d'Arabie saoudite aux Etats-Unis, de convaincre Khashoggi de se rendre au consulat.

Sur son compte Twitter, l'ambassadeur a formellement démenti cette accusation. Il assure "n'avoir eu aucun contact avec Khashoggi depuis le 27 octobre 2017. Je ne lui ai jamais parlé au téléphone et je ne lui ai certainement jamais suggéré d'aller en Turquie, pour quelque raison que ce soit." Il a mis le gouvernement américain au défi de publier les preuves de la CIA.

Selon la dernière version - car il y en a eu plusieurs - des autorités judiciaires saoudiennes, une équipe de 15 agents s'est rendue en Turquie pour ramener "de gré ou de force" Khashoggi dans son pays, mais l'opération a mal tourné, il a été brutalisé et "drogué", puis son corps, "démembré".

Le procureur général a requis la peine de mort contre cinq suspects placés en détention. Il a, sans surprise, innocenté le prince héritier MBS.

En marge du sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (Apec), à Port Moresby (Papouasie-Nouvelle-Guinée), le vice-président américain Mike Pence a, samedi 17 novembre 2018, déclaré que les Etats-Unis étaient déterminés à demander des comptes à "tous ceux qui sont responsables" du meurtre du journaliste, qu'il a qualifié d'"atrocité" et d'"affront à une presse libre et indépendante".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Tunis : manifestation contre la venue de Mohammed ben Salmane

Trump préserve l'Arabie saoudite, son allié « inébranlable »