Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La marche des femmes #NousToutes

La marche des femmes #NousToutes
Taille du texte Aa Aa

Créer un électrochoc, dire stop, faire en sorte que les femmes ne se sentent plus seule face aux violences sexistes et sexuelles. C'est le but premier du mouvement citoyen français NousToutes. Rendez-vous est donné samedi à Paris et en province, une cinquantaine de marches sont organisées dans toute la France. Un an après Me Too, après la mobilisation des Américaines, des Espagnoles, des Sud-Africaines, des Sud-Coréennes, le temps qu'évolue les consciences dans l'hexagone.

Marion Schaefer du collectif NousToutes.org :

"L'année dernière, il y a pile un an, il y a eu Me Too. Et Me Too, cela n'a pas permis de libérer la parole, parce que les femmes, en réalité ont toujours parlé. Mais cela a permis de libérer les oreilles, de les écouter, d'entendre ces témoignages. On est dans quelque chose de très logique, il y a eu Me Too avec ces témoignages, et maintenant avec NousToutes, on passe à l'action."

Passer à l'action, c'est demander plus d'argent pour les associations qui aident les femmes victimes de violences, c'est donner des outils, former les professionnels, éduquer les enfants.

Ces marches sont organisées à la veille de la journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes. Selon l'Organisation des Nations unies, une femme sur trois subira des violences au cours de sa vie.

En début de semaine, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, dénonçait cet état de fait :

"Au fond, la violence faite aux femmes et aux filles sous toutes ses formes est la manifestation d'un profond manque de respect : l'incapacité des hommes à reconnaître l'égalité et la dignité des femmes. C'est une question de droits humains fondamentaux."

En France, chaque jour, plus de 250 femmes et plus de 450 enfants sont victimes de viols ou de tentatives de viol. Une femme sur trois a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail. 86 % des françaises ont été harcelées dans la rue.

Des constats terribles dénoncés par plus de 250 personnalités et les 150 000 signataires de la pétition qui appellent à marcher. Et NousToutes le répète, elles ne se dressent pas contre le mouvement des gilets jaunes, mais souhaite faire entendre son message. Depuis des mois, les 95 comités locaux issus d'une soixantaine d'associations préparent ces marches du 24 novembre.

_Le collectif citoyen NousToutes rassemble une soixantaine d'associations de lutte contre les violences faites aux femmes. _