DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Libertadores: l'agression de joueurs empêche la tenue de la finale River-Boca

Vous lisez :

Libertadores: l'agression de joueurs empêche la tenue de la finale River-Boca

Libertadores: l'agression de joueurs empêche la tenue de la finale River-Boca
Taille du texte Aa Aa

Des jets de pierres et de gaz lacrymogènes, samedi, contre l'équipe de Boca Juniors ont contraint les organisateurs à reporter à dimanche la finale retour de Copa Libertadores entre River Plate et Boca Juniors, les rivaux historiques de Buenos Aires.

Le bus de Boca Juniors a été pris pour cible alors qu'il s'approchait du stade Monumental, deux heures avant la rencontre. Plusieurs joueurs ont été blessés, par les bris de vitres ou l'inhalation de gaz.

gi

Selon des images de télévision de chaînes sportives, le véhicule est entré dans le stade avec plusieurs vitres latérales brisées. Les joueurs en sont descendus en toussant et les yeux larmoyants sous l'effet des gaz.

Des affrontements ont également opposé la police à des supporters en dehors du stade.

Après avoir retardé la rencontre à deux reprises, la Confédération sud-américaine de football (Conmebol) a fixé à dimanche 17h00 (20h00 GMT) le dénouement de la principale compétition de clubs du continent, à l'issue de plusieurs réunions avec les dirigeants des deux clubs, parfois en présence du président de la Fifa, Gianni Infantino.

"Je tiens à féliciter les deux présidents car il y a eu entre eux un pacte de gentlemen, car dans ces conditions, le jeu était dénaturé. L'un ne peut pas jouer et l'autre ne veut pas jouer contre un adversaire qui n'est pas en condition", a déclaré le président de la Conmebol, Alejandro Dominguez.

Les joueurs de Boca ont fait pression sur la Conmebol pour que la rencontre soit reportée, notamment leur attaquant vedette Carlos Tevez. "Nous ne sommes pas en condition de jouer, on nous oblige à jouer la rencontre", a-t-il dénoncé en zone mixte avant de prendre connaissance du report.

Des joueurs sont sortis de l'autocar en toussant, les yeux irrités. "Ils nous ont jeté de tout", a déclaré à des journalistes le capitaine Pablo Pérez.

- 60.000 spectateurs -

Pablo Pérez a été légèrement blessé au bras et, après un passage dans un hôpital de Buenos Aires, il a été vu portant un cache à l'oeil gauche, irrité par les gaz.

Un ex-dirigeant de Boca, Juan Carlos Crespi, a précisé aux journalistes que "la police avait été débordée face au vandalisme et a dû disperser les supporters de River avec des gaz lacrymogènes, qui en raison du vent et des fenêtres cassées ont pénétré dans l'autocar".

Samedi pendant plusieurs heures, les plus de 60.000 spectateurs déjà installés dans le Stade Monumental ont attendu le verdict de l'instance sud-américaine. Ils ont patienté dans le calme, en entonnant des chants.

Indignées, plusieurs figures du football ont exprimé leur ras-le-bol. "On allait voir le match avec mes enfants, devoir vivre un spectacle aussi désagréable... Quand cela va s'arrêter?", a réagi l'ancien international argentin Gariel Batistuta.

"Ce qui se passe dans mon pays est lamentable, tout est sens dessus dessous. En Argentine aujourd'hui c'est une terreur de sortir dans la rue", a dit Diego Maradona, depuis le Mexique où il entraîne une équipe de D2. Il s'en est pris aussi au président de droite Mauricio Macri pour le manque de "sécurité".

La mairie de Buenos Aires a ordonné la fermeture du stade, qui a "excédé sa capacité de personnes autorisées". Le paiement d'une amende, dont le montant n'a pas été spécifié, devrait permettre de le rouvrir pour le match dimanche, a précisé la mairie.

- "Quelques inadaptés" -

"Ce sont quelques inadaptés comme il y en a dans tous les clubs, nous avons honte", a dit le président de Boca Juniors Daniel Angelici.

Pour sa part le président de River Plate Rodolfo D'Onofrio a demandé aux autorités de "retrouver ces quinze types, qu'ils soient emprisonnés car ce n'est pas possible que les millions de personnes en Argentine et dans le monde qui voulaient voir ce match en soient privés".

"C'était la décision correcte", a-t-il ajouté en parlant du report, "et nous espérons que (dimanche) on pourra jouer en paix".

En 2015, un huitième de finale de Copa Libertadores Boca-River avait été interrompu à la mi-temps après que des joueurs de River ont été aspergés d'un gaz irritant dans le tunnel menant des vestiaires à la pelouse. River avait gagné le match sur tapis vert.

Les affrontements entre supporters sont tels en Argentine que depuis 2013, les matches se disputent sans public visiteur, pour limiter les risques d'incidents.

Lors de la finale aller sur la pelouse de Boca, dans le stade de la Bombonera, les deux équipes ont fait match nul 2 à 2.

La première manche de la finale avait déjà été reportée du 10 au 11 en raison de pluies diluviennes sur la capitale argentine.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.