DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Loi martiale en Ukraine : Poutine "sérieusement préoccupé"

Loi martiale en Ukraine : Poutine "sérieusement préoccupé"
Taille du texte Aa Aa

La Russie se dit "sérieusement préoccupée" par l'instauration de la loi martiale en Ukraine... Après le vote hier du parlement et l'instauration de la loi martiale pour 30 jours, le président russe Vladimir Poutine a appelé la chancelière allemande Angela Merkel pour qu'elle dissuade Kiev de "tout acte ultérieur irréfléchi".

Petro Porochenko avait déjà pris les devants, expliquant hier qu' il ne s'agissait pas d'une déclaration de guerre, mais de prévenir d'autres "agressions". Devant les parlementaires, son discours a toutefois été ferme :

"En tant que président et commandant en chef des forces armées de l'Ukraine, j'ai rempli mon devoir constitutionnel et il y a quelques heures, par décret, j'ai instauré la loi martiale. La Russie mène une guerre hybride contre notre pays depuis cinq ans. Mais en attaquant des bateaux de l'armée ukrainienne, les Russes sont entrés dans une nouvelle phase d'agression."

REUTERS/Valentyn Ogirenko
Petro Porochenko devant le parlement ukrainien.REUTERS/Valentyn Ogirenko

Porochenko a évoqué la menace d'une invasion après l'affrontement maritime qui a eu lieu dimanche sur les côtes de Crimée. La Russie a tiré sur trois navires ukrainiens et arraisonné les bateaux. Elle retient 23 membres d'équipages. Parmi eux, entre 6 et 3 militaires ukrainiens ont été blessés selon les sources.

Moscou affirme que ces bateaux sont entrés illégalement dans ses eaux territoriales. L'Ukraine soutient que la Russie était au courant du passage de ses bateaux de la mer noire à la mer d'Azov par le détroit de Kerch. Ce détroit sépare la Russie de la Crimée, région ukrainienne annexée en 2014.

Hier, le chef de la diplomatie russe évoquait une provocation de la part de l'Ukraine :

"Il se peut qu'en planifiant cette provocation - et personne ne doute que cela a été fait volontairement et probablement sur ordre direct des plus hautes autorités - les Ukrainiens comptaient tirer des avantages supplémentaires de cette situation. Tout d’abord, ils comptaient sur le fait que les Etats-Unis et l’Europe, comme toujours, prendraient témérairement le parti des provocateurs."

Dans l'est de l'Ukraine, près de la ville portuaire de Marioupol, à seulement une dizaine de kilomètres de la frontière qui sépare la zone sous contrôle du gouvernement de Kiev de celle des séparatistes pro-russes, l'anxiété est grande quant à une éventuelle invasion. A tel point que certains creusent des tranchés pour renforcer leur défense...