DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Berne refuse que l'Aquarius obtienne un pavillon suisse

Vous lisez :

Berne refuse que l'Aquarius obtienne un pavillon suisse

Berne refuse que l'Aquarius obtienne un pavillon suisse
Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement suisse refuse que le navire Aquarius géré par Médecins sans Frontières et SOS Méditerranée, qui porte secours des migrants en mer, obtienne un pavillon helvétique, comme certains députés l'avaient demandé.

Après la décision du Panama de retirer son immatriculation au navire Aquarius, trois parlementaires suisses (socialiste, libéral-radical et du centre) avaient demandé fin septembre à leur pays de lui octroyer le pavillon helvétique à des fins humanitaires, comme le permet la loi sur la navigation.

gi

Dans un avis rendu le 30 novembre et publié sur le site du Parlement suisse, le gouvernement explique que les opérations de secours aux migrants en Méditerranée nécessitent une "approche coordonnée à long terme" sur la question de l'admission des réfugiés, "fondée sur une répartition équitable des responsabilités".

Berne estime "qu'il ne suffit pas de mener des négociations ad hoc pour chaque navire transportant des personnes en situation d'urgence" et prône qu'une "solution européenne viable doit être trouvée, qui respecte les règles de secours en mer et garantisse des ports de débarquement sûrs ainsi qu'un mécanisme de répartition des personnes débarquée".

"En conséquence, le Conseil fédéral (gouvernement, ndlr) considère qu'il n'est pas en mesure d'appliquer la clause d'exception de la loi sur la navigation maritime au navire Aquarius", a-t-il conclu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.