DERNIERE MINUTE

Carlos Ghosn inculpé à Tokyo pour dissimulation de ses revenus chez Nissan

Carlos Ghosn inculpé à Tokyo pour dissimulation de ses revenus chez Nissan
Taille du texte Aa Aa

Il aura fallu trois semaines de garde à vue et d'incarcération à Tokyo pour que Carlos Ghosn soit finalement mis en examen. Le bureau des procureurs a inculpé l'ex-PDG de Nissan pour dissimulation de ses revenus perçus pendant cinq ans à la tête du constructeur automobile japonais. C'est ce que révèlent ce lundi des médias japonais qui affirment également que la garde à vue du patron de l'alliance formée avec Renault et Mitsubishi Motors - il l'est toujours officiellement - est prolongée pour les mêmes charges, mais cette fois concernant la période de 2015 à 2018.

L'entreprise Nissan a elle aussi été mise en examen en tant qu'entité morale, selon la chaîne de télévision publique NHK. Le parquet japonais estime en effet que sa responsabilité est également engagée, car c'est Nissan qui a remis les rapports incriminant son PDG déchu aux autorités boursières. Carlos Ghosn est accusé d'avoir dissimulé au fisc 5 milliards de yens, soit 38 millions d'euros, de 2010 à 2015. Son ancien bras droit, Greg Kelly, arrêté comme lui le 19 novembre dernier, a aussi été inculpé.

Le centre de détention où est emprisonné Carlos Ghosn, dans le nord de la capitale japonaise :

Noël en prison

Le grand patron, âgé de 64 ans, encore tout puissant et adulé par les Japonais il y a encore peu de temps, est donc loin d'en avoir terminé avec la justice japonaise. Il est détenu dans des conditions très strictes dans une cellule d'un établissement pénitentiaire de Tokyo depuis exactement 22 jours, et il devrait passer Noël en prison. Sa garde à vue devrait en effet durer au moins 22 jours de plus.

Et cela n'en restera pas là car le parquet a bien l'intention de mettre son nez dans une affaire d'abus de biens sociaux présumés. Carlos Ghosn est soupçonné d'avoir profité de séjours réguliers dans des résidences de luxe appartenant à Nissan dans quatre pays différents, au frais du constructeur automobile.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.