DERNIERE MINUTE

Trente enfants russes de djihadistes rapatriés à Moscou

Trente enfants russes de djihadistes rapatriés à Moscou
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Trente enfants russes dont les mères sont emprisonnées en Irak pour appartenance au groupe Etat islamique (EI) sont arrivés dimanche à Moscou venant de Bagdad et ont été conduits dans un hôpital moscovite, ont annoncé les autorités russes.

Les pères de ces enfants âgés de trois à dix ans auraient été tués dans les trois années de combats entre le groupe djihadiste et les troupes irakiennes qui ont chassé fin 2017 l'EI de l'ensemble des centres urbains du pays, a précisé avant leur départ une source diplomatique russe.

Selon le service de presse du ministère de la Santé russe, cité par l'agence russe Interfax, les enfants ont été conduits dès leur arrivée vers un hôpital du centre de Moscou où ils subiront des "examens poussés".

"Leur état de santé est évidemment inquiétant. Ils sont très minces et faibles. Nous savons que la prison n'est pas le bon endroit pour eux. C'est la première fois que l'on rapatrie des enfants en Russie et il y aura de nouvelles tentatives. Nous avons déjà une liste de trente-six enfants et nous espérons que cette liste sera confirmée à la mi-janvier", a déclaré Anna Kuznetsova, commissaire pour les droits des enfants auprès du président russe.

Lors de sa grande conférence de presse annuelle mi-décembre, M. Poutine avait affirmé qu'un programme pour le retour de ces enfants était en cours et qu'il allait se poursuivre.

Plus de 300 personnes, dont une centaine d'étrangères, ont été condamnées à mort en Irak, et autant d'autres à la prison à perpétuité, pour appartenance à l'EI. La plupart des condamnées sont Turques ou originaires des anciennes républiques de l'Union soviétique.

Avec AFP

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.