Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Soudan : plus de 800 arrestations depuis le début des manifestations

Des manifestants soudanais, le 3 janvier à Khartoum.
Des manifestants soudanais, le 3 janvier à Khartoum. -
Tous droits réservés
REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Au Soudan, le mouvement de contestation anti-gouvernemental ne faiblit pas.

Selon le ministère de l'intérieur soudanais, plus de 800 personnes ont été arrêtées depuis le début de la mobilisation le 19 décembre. Parmi elles, des leader de l'opposition, des militants et des journalistes.

"Le nombre total de manifestants arrêtés jusqu'à maintenant est de 816", a indiqué le ministre Ahmed Bilal Osmane devant le Parlement, dans un premier bilan des interpellations depuis le début des manifestations à travers le Soudan, un pays en plein marasme économique.

Dimanche encore, de nombreux manifestants étaient réunis dans les rues de la capitale Khartoum, pour réclamer la démission du président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 30 ans.

REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah
Le président soudanais Omar el-Béchir, le 31 décembre 2018.REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah

Les participants ont été dispersés par les tirs de gaz lacrymogènes des forces anti-émeutes, alors qu'ils se dirigeaient vers le palais présidentiel.

Ce mouvement de contestation dénonçait au départ la hausse du prix du pain et les pénuries, mais il s'est rapidement transformé en une manifestation anti-régime. Selon les autorités soudanaises, 19 personnes ont perdu la vie depuis le début des manifestations. L'ONG Amnesty Internationale porte elle ce nombre à 37.

Amputé des trois quarts de ses réserves de pétrole depuis l'indépendance du Soudan du Sud en 2011, le pays est confronté à une inflation de près de 70% par an et à une grave crise monétaire.

Le prix de certains produits comme les médicaments ont plus que doublé et plusieurs villes dont Khartoum souffrent de pénuries de pain et de carburant.