Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'immigration, thème de la rare conférence de presse d'Orban

L'immigration, thème de la rare conférence de presse d'Orban
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est un fait très rare, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a tenu jeudi une conférence de presse gouvernementale. Il ne l'avait jamais fait auparavant. Etait-ce pour renouer le contact avec les journalistes, lui qui est accusé par Bruxelles de ne pas respecter la liberté de la presse ? Ce fut en tout cas l'occasion pour le leader hongrois d'évoquer les prochaines élections européennes et le thème de l'immigration qui lui est cher.

"L'immigration ne sera pas seulement le sujet principal des élections du parlement européen. C'est un sujet qui remodèlera en profondeur toute la politique européenne," a-t-il dit.

Présents dans la salle, des journalistes hongrois et étrangers. Pendant deux heures il leur a offert l'opportunité extrêmement rare de l'interroger. Il en a aussi profité pour faire part de son inquiétude face à l'immigration qui menace selon lui l'unité des nations.

"Dans les pays d'Europe occidentale, la migration et l'immigration sont des questions de coexistence. Mais pas en Europe centrale. Parce que nous ne voulons pas cohabiter avec les autres, nous voulons rester seuls," a-t-il ajouté.

Immigration subie

Viktor Orban a dû répondre à des questions sur les graves soupçons de corruption dont fait l'objet son entourage proche et euronews lui a demandé pourquoi le gouvernement hongrois soutient Manfred Weber, le chef de la droite européenne qui a voté contre la Hongrie au Parlement européen.

"Il se trouve que mon ami Manfred Weber a été trompé. Je pense que son vote contre la Hongrie est lié à l'affaire autour de l'"Université Soros", une affaire sans fondement", a-t-il conlu.

Le premier ministre hongrois s'est aussi réjoui du pacte envisagé par les dirigeants populistes de Pologne et d'Italie, l'axe Rome-Varsovie » pour les élections européennes, lui qui souhaite faire de la lutte contre l’immigration subie, l'unique sujet de la campagne de son parti.