DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un Canadien condamné à mort en Chine, passe d'armes diplomatique

Un Canadien condamné à mort en Chine, passe d'armes diplomatique
Taille du texte Aa Aa

Un Canadien a été condamné à la peine de mort en Chine à l'issue de son nouveau procès pour trafic de drogue. Lors d'un premier jugement l'an dernier, Robert Lloyd Schellenberg, 36 ans, s'était vu infliger une peine de 15 ans de prison. Mais fin décembre, le verdict avait été jugé trop "indulgent" par la justice chinoise.

Les procureurs chinois reprochent à Robert Lloyd Schellenberg de faire partie d'un gang qui prévoyait d'envoyer 222 kilos de méthamphétamine en Australie, dissimulés dans des pastilles de plastique cachées dans des pneus.

Il a maintenant 10 jours pour faire appel.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a dénoncé cette sentence :

"Il est extrêmement préoccupant pour notre gouvernement, et cela devrait l'être aussi pour tous nos amis internationaux et nos alliés, que la Chine ait choisi de commencer à appliquer arbitrairement ainsi la peine de mort."

Il a appelé les Canadiens se rendant en Chine à y faire preuve de "grande prudence" face au "risque d'application arbitraire des lois locales".

Le cas de Schellenberg a été revu après l'arrestation par le Canada, à la demande des Etats-Unis, d'une responsable du géant chinois des télécommunications Huawei.

La mise en détention de Meng Wanzhou début décembre a provoqué la colère des autorités chinoises et tendues les relations diplomatiques entre la Chine, le Canada et les Etats-Unis.

La semaine qui a suivi, Pékin a fait arrêter deux canadiens.

L'homme d'affaires et consultant Michael Spavor et un ancien diplomate du nom de Michael Kovrig sont accusés de menacer la sécurité nationale.

Pékin nie toute pression sur la justice chinoise et appelle à "ne pas politiser les questions judiciaires". Ce matin, le gouvernement chinois a dénoncé les propos irresponsables de Justin Trudeau.

Il faut souligner que les procès en révision sont relativement rares en Chine, mais des étrangers ont déjà été condamnés à mort pour des crimes liés au trafic de drogue.