DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Euro de Patinage artistique: objectif doublé doré, une denrée française rare

Taille du texte Aa Aa

Avec le couple Vanessa James et Morgan Ciprès et les danseurs Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, le patinage artistique français peut viser deux titres européens à Minsk à partir de mercredi, un doublé doré, véritable denrée rare pour les Bleus.

Sur les bords de la Svislatch, petit affluent de la célèbre Bérézina des batailles napoléoniennes, les Français rêvent d'or avec d'un côté l'inédit pour James/Ciprès, et de l'autre la routine pour Papadakis/Cizeron.

Dans l'histoire du patinage artistique tricolore, il n'y a eu que trois doublés continentaux. En 1962, l'or d'Alain Calmat avait été complété par le titre des danseurs Christiane et Jean-Paul Guhel.

Dans les années 2000, les titres européens de Brian Joubert (2007) et Florent Amodio (2011) avaient trouvé leurs pendants, toujours avec les danseurs, d'abord Isabelle Delobel et Olivier Schönfelder, puis Nathalie Péchalat et Fabien Bourzat.

Cette année, c'est un couple qui pourrait accompagner les danseurs sur la plus haute marche du podium.

Depuis le début de la saison, Vanessa James et Morgan Ciprès, médaillés de bronze mondial (2018) et européen (2017), enchaînent les sorties internationales victorieuses: premier succès en Grand Prix ISU fin octobre au Skate Canada, une Marseillaise à Grenoble aux Internationaux de France fin novembre.

Enfin, ils ont gagné la finale du Grand Prix début décembre à Vancouver, grâce à une très belle performance lors du programme libre, en dominant les Russes Evgenia Tarasova et Vladimir Morozov, doubles tenants du titre européen et leur principaux rivaux cette semaine.

"On n'a jamais été aussi bien physiquement, mentalement, et au niveau des résultats. Mais c'est toujours un championnat qui est risqué. On n'a pas le même +statut+, mais il faut juste faire son boulot", résume à l'AFP Morgan Ciprès.

- "Rien n'est acquis d'avance" -

A l'inverse de James/Ciprès qui ont mené quatre mois tambour battant, les vice-champions olympiques de danse sur glace Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont moins patiné cet hiver en compétition internationale.

Après l'éreintante olympiade 2014-18, les triples champions du monde (2015, 2016, 2018) ont coupé plus longuement et ont différé leur retour (douleurs dorsales pour Guillaume Cizeron).

A Grenoble aux Internationaux de France, pour leur seule sortie internationale remportée avec un total de 216,78 points, ils ont mis un énorme gouffre entre eux et le reste de la concurrence (15 points au niveau européen).

"La première sortie est toujours une mise à niveau avec un retour sur le plan international. Ca avait été positif, déjà à Grenoble", souligne leur entraîneur Romain Haguenauer. Ils ont ainsi pu continuer sereinement le travail à l'entraînement à Montréal, sans changement majeur à apporter aux programmes.

"Je dirai que l'on a un peu plus travaillé techniquement le programme court, avec une danse imposée, le tango romantica, extrêmement complexe et très intriquée. Pour le libre, on a travaillé autant la technique que l'artistique", a précisé Haguenauer.

Une formalité, ce cinquième titre continental consécutif ? "Les Russes sont une école d'excellence. Gabriella et Guillaume sont au-dessus s'ils font leur travail, mais rien n'est acquis d'avance. C'est un sport où il faut aller chercher ses points", nuance l'entraîneur.

En cas de nouveau titre, ils continueraient de marquer un peu plus l'histoire de leur discipline, puisque le record de six sacres européens en danse sur glace des Soviétiques Lyudmila Pakhomova et Alexandr Gorshkov dans les années 1970 serait à portée.

Chez les dames, Evgenia Medvedeva, partie s'entraîner au Canada après sa médaille d'argent aux Jeux Olympiques à Pyeongchang, est en difficulté cette saison et n'est pas retenue dans l'équipe de Russie. Cela laisse la voie libre pour la championne olympique en titre, Alina Zagitova, également tenante du titre continental.

Chez les messieurs, l'Espagnol Javier Fernandez (27 ans) tentera de décrocher un septième titre européen pour sa dernière compétition, mais il part dans l'inconnu, lui qui n'a pas fait une seule compétition cet hiver.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.