DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Au Venezuela, Nicolas Maduro reçoit le soutien de l'armée

Au Venezuela, Nicolas Maduro reçoit le soutien de l'armée
Taille du texte Aa Aa

Il est arrivé déterminé à ne pas se laisser dépasser par une crise politique sans précédent. Pourtant à l'heure actuelle, le Venezuela compte bien deux présidents.

Mais dans cette crise politique d'une ampleur inédite, Nicolas Maduro croit encore en ses chances de rester au pouvoir, fort du soutien de l'armée.

Une loyauté réaffirmée ce jeudi, lors d'une session spéciale devant la Cour suprême, par le ministre de la Défense Vladimir Padrino Lopez et les principaux généraux. "Nous rejetons catégoriquement ces actes illégaux qui conduisent un gouvernement parallèle à tenter de s'installer à la tête du pays", a-t-il déclaré.

_"Nous rejetons de la plus vigoureuse des façons l'ingérence de gouvernements étrangers. Nous garantirons la paix des citoyens et le fonctionnement des institutions de l'Etat". _En clair, pour l'armée, il s'agit d'un coup d'Etat.

Un pays pour "deux présidents"

Tout s'est accéléré mercredi, quand des centaines de milliers de Vénézueliens sont descendus dans les rues, partout dans tout le pays.

A Caracas notamment, des heurts éclatent avec les forces de l'ordre. Les pénuries et l'hyperinflation excèdent les habitants.

Et les opposants jugent illégitime le deuxième mandat de Nicolas Maduro, élu en 2017 lors d'élections boycottées par l'opposition et jugées non transparentes.

Au terme de cette journée explosive, Juan Guaido, le président du Parlement âgé de 35 ans s'autoproclame "président en exercice" du pays.

Donald Trump reconnait le "nouveau" président...

Le président Donald Trump a été le premier à reconnaître Juan Guaido, suivi par de nombreux pays d'Amérique latine, dont le Brésil, la Colombie, le Chili et l'Argentine.

Des pays européens, dont la France, mais aussi l'UE, demandent des "élections libres" et le retour de la démocratie.

De son côté, Nicolas Maduro bénéficie du soutien des Russes et des Chinois. Il a d'ores et déjà annoncé rompre toute relation diplomatique avec les Etats-Unis ainsi que la fermeture de l'ambassade du Venezuela aux Etats-Unis.

Le pays achète pourtant au Venezuela un tiers de sa production pétrolière... La crise politique pourrait alors aggraver, davantage encore, une économie déjà exsangue.

...Et passe à l'offensive

Jeudi, les Etats-Unis ont poursuivi l'offensive, en demandant une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur la situation dans le pays, malgré l'opposition déclarée de la Russie à une réunion sur un sujet "interne" au Venezuela.

Plus tôt, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a appelé l'Organisation des Etats américains, qui doit débattre jeudi de la situation au Venezuela, à reconnaître Juan Guaido.

De son côté, ce dernier se trouvait jeudi "à l'abri" dans un lieu qui n'a pas été précisé, selon une source au sein de l'opposition. Il continue à recevoir des messages de soutien de dirigeants d'Amérique et de l'Union européenne.