Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Renault: Jean-Dominique Senard nommé président, Thierry Bolloré directeur général

Renault: Jean-Dominique Senard nommé président, Thierry Bolloré directeur général
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Un tandem pour reprendre le volant de Renault. **Jean-Dominique Senard, patron de Michelin depuis 7 ans, a été élu président du constructeur automobile français. Thierry Bolloré, ex-directeur général adjoint grimpe d'une marche au poste de directeur général. **

Un tandem d'expérience pour remplacer Carlos Ghosn, qui a démissionné ce jeudi. Celui qui était à la tête de Renault depuis 2005 est détenu au Japon depuis deux mois, pour des soupçons de fraudes.

Renforcer l'Alliance avec Nissan-Mitsubishi

Chez Michelin, où il est le premier patron non membre de la famille fondatrice, le natif de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) avait mis en pratique son credo : négocier des assouplissements dans l'organisation du travail, pour préserver en France des sites menacés par l'arrivée de produits à moindre coûts en provenance d'Asie.

Quant à Thierry Bolloré, 55 ans, il assurait l'intérim depuis fin novembre, et représente la continuité au sein du groupe qu'il a rejoint en 2012, en provenance de l'équipementier Faurecia. Il est fin connaisseur de l'Asie et du Japon, un vrai plus à l'heure où les rapports futurs entre Nissan et Renault interrogent.

Outre la mise en place d'une nouvelle gouvernance, le nouveau patron de Renault Jean-Dominique Senard, qui restera en parallèle à la tête de Michelin jusqu'en mai, devra s'atteler à une tâche en particulier : sauver l'Alliance avec Nissan et Mitsubishi, mise à mal par l'incarcération de Carlos Ghosn.

Retrouver la "sérénité"

Lors d'une conférence de presse, aux côtés de Thierry Bolloré, Jean-Dominique Senard a également déclaré qu'il ferait tout pour que le fleuron de l'automobile français retrouve la "sérenité", après "les événements particulièrement extraordinaires que nous venons de vivre". L'ex patron de Renault est soupçonné d'avoir omis de déclarer aux autorités boursières entre 2010 et 2018 une grande partie de ses revenus au titre de ses fonctions chez Nissan.

Jean-Dominique Senard "aura vocation à être le représentant principal de Renault dans les organes de direction de l'Alliance" avec Nissan et Mistubishi, a précisé le conseil dans un communiqué.

L'Etat affiche sa confiance

Jean-Dominique Senard a d'ores et déjà tout le soutien de l'Etat français, principal actionnaire de Renault, aux côtés de Nissan. Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a salué l'élection de M. Senard à la présidence par le conseil d'administration. "C'est une nouvelle page de l'histoire de Renault qui s'ouvre", a-t-il assuré.

"Jean-Dominique Senard aura comme responsabilité principale de garantir l'avenir de l'Alliance entre Renault et Nissan et de la renforcer", a-t-il expliqué. "Il a toutes les qualités pour remplir cette mission", a affirmé M. Le Maire, qui avait apporté le soutien de l'Etat à la candidature du patron de Michelin quelques heures avant la réunion du conseil d'administration.

"Il a réussi à la tête de Michelin. C'est un grand industriel et parfait connaisseur du secteur automobile et il a une conscience aussi du rôle social de Renault", a souligné le ministre.

Le nom de Carlos Ghosn, qui avait démissionné mercredi soir, n'a pas été prononcé par le nouveau président. "Ce groupe a été porté au niveau mondial par les dirigeants de Renault dans le passé les uns après les autres", a-t-il simplement dit.