Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Au Brésil, le bilan s'alourdit

Au Brésil, le bilan s'alourdit
Taille du texte Aa Aa

Un paysage de désolation et un bilan qui ne cesse de s'alourdir. Trois jours après l'effondrement d'un barrage minier à Brumadinho, dans le sud-est du Brésil, les secours continuent d'extirper des corps sans vie de cet immense fleuve de boue. Au moins 58 ont été retrouvés et la liste des personnes portées disparues s'est allongée. Plus de 300 manquent à l'appel.

Dimanche, les rescapés dans cette ville de plus de 30 000 habitants ont cru venir leur heure quand les sirènes ont retenti, un second barrage menaçant de rompre. L'alerte a finalement été levée, mais tous vivent la peur au ventre, suivant jour après jour le décompte macabre.

" A l'endroit où le barrage s'est effondré, il y avait un réfectoire, un parking et les bureaux de la société minière, explique Adolfo Alves, qui vit à Brumadinho. Et probablement que tous ceux qui se trouvaient là sont sous la boue. "

" J'ai perdu beaucoup d'amis, beaucoup de collègues, confie Luiz Mario, un autre résident. Je suis très triste, dévasté. Il n'y a pas de mots pour en parler, la douleur est si grande. J'ai perdu tellement des personnes chères. Des collègues qui avaient des haciendas ont perdu toutes leurs bêtes, ils ont tout perdu, absolument tout. "

L'Etat de Minas Gerais, en charge des secours, va pouvoir compter sur le soutien d'un équipe israélienne de 130 hommes dépêchés sur place avec des appareils munis de sonars pour localiser les corps à une grande profondeur.

Vale, la compagnie propriétaire de la mine, dit avoir suivi les procédures de sécurité et une enquête devra déterminer les causes du drame. Mais d'ores et déjà, près de trois milliards de dollars ont été bloqués sur les comptes du géant minier brésilien. Ils seront destinés aux familles des victimes et à la compensation des dégâts environnementaux.